Il y a cent ans, les débuts glorieux de l'aventure aéropostale


"Par Avion" : cette brève estampille apposée sur des milliards de lettres le fut pour la première fois il y a cent ans, le 15 octobre 1913, lors du tout premier vol postal aérien français entre Villacoublay et Pauillac, en Gironde.


Le lieutenant Emmanuel Ronin et son Morane-Saulnier
Le lieutenant Emmanuel Ronin et son Morane-Saulnier
Il est 7 h 30 sur le "champ d'aviation" de Villacoublay (Yvelines) en cette matinée brumeuse d'automne 1913, lorsque le monoplan Morane-Saulnier G du lieutenant de cavalerie Emmanuel Ronin décolle devant une nuée de journalistes et le cinématographe des Actualités Pathé, vers le Sud-Ouest, en direction de Pauillac, à 500 km de là. À l'époque, c'est de cet avant-port de Bordeaux, situé sur l'estuaire de la Gironde, que partent tous les mois les paquebots en direction des Antilles et de l'Amérique centrale. Les sacs de courrier arrivent alors en train de Paris jusqu'aux appontements pour être directement embarqués sur les navires. "Le train mettait toute la nuit pour arriver et le courrier qui parvenait à la poste de l'Hôtel du Louvre après la levée de 18 heures devait attendre le bateau suivant. Cette fois-là, le courrier posté après 18 heures a été récupéré puis transporté par une automobile des Postes jusqu'au terrain d'aviation de Villacoublay", raconte Michel Aka, ex-pilote de l'armée de l'air natif de Pauillac, féru d'histoire locale et auteur de "Villacoublay-Pauillac, naissance de la poste aérienne en France" (Éditions Entre-deux-mers).
À l'origine de cette "première nationale", Alfred Massé, ministre du Commerce, de l'Industrie, des Postes et Télégraphes, qui, impressionné par la traversée de la Manche par Louis Blériot en 1909, pousse à exploiter ce nouveau mode de locomotion pouvant "faire gagner aux correspondances un délai de quinze jours". "Jusqu'aux années 1911-1912, les aviateurs étaient contenus dans les rubriques sportives des journaux", rappelle Michel Aka. "Les militaires ont été les premiers à s'intéresser autrement à l'avion, en y voyant un moyen utile d'observer l'arrière des lignes ennemies. La deuxième administration a été la Poste, avec une préoccupation : savoir si l'appareil pouvait transporter du courrier en respectant les horaires".
De fait, le lieutenant Ronin, choisi parce qu'il connaît bien le Morane-Saulnier, est d'abord contraint pour ce vol de monter à 2.000 mètres d'altitude au-dessus des nuages en raison du mauvais temps, avant de trouver son altitude de croisière à 800 mètres. Une escale technique imprévue s'impose à Vendôme (Loir-et-Cher) à cause d'une panne d'huile, lui faisant perdre une heure sur son plan de vol. Mais à 14 h 12, le monoplan se pose finalement dans un champ balisé d'un drap blanc, à quelques kilomètres de Pauillac. Une voiture des Postes l'attend, qui le conduit jusqu'au paquebot "Le Pérou" avec les 10,5 kg de courrier qu'il avait entreposés pendant le voyage dans un casier à l'arrière de son siège. Accueilli par les autorités locales et sous les acclamations de l'équipage et des passagers, le pilote se voit offrir le champagne et le déjeuner.
Mais pourquoi Pauillac, et non Le Havre d'où partaient les transatlantiques en direction d'Amérique du Nord ? "C'est le calendrier qui a décidé que cela serait le Médoc", explique Michel Aka. "À la date arrêtée pour le vol, le prochain départ de paquebot était à Pauillac". Ce "brillant début de la poste aérienne", tel que salué par les titres de la presse de l'époque, n'aura pourtant pas de suite immédiate. "On entrait dans la mauvaise saison et début décembre le cabinet est renversé", raconte l'historien. La Première guerre mondiale éclate et il faut attendre 1918 pour qu'une liaison régulière soit lancée, mais cette fois entre Le Bourget et Saint-Nazaire. Largement méconnu, ce premier vol "officiel à but commercial", qui faisait suite à une première tentative pour relier les 27 km séparant Nancy de Lunéville en 1912, n'aura pas la postérité de l'épopée de l'Aéropostale de Latécoère, lancée dès 1918 et qui deviendra mythique avec la traversée de l'Atlantique par Mermoz en 1930. Pourtant, son héritage a fait florès : la fameuse griffe "Par Avion" dont ce fut la première utilisation mondiale sera "imitée ensuite par toutes les administrations postales du monde", rappelle Michel Aka, qui détient dans sa collection une des lettres historiques transportées par le lieutenant Ronin.

Jordane Bertrand

Lundi 14 Octobre 2013



Lu 152 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse