Inauguration du terminal à conteneurs de Conakry


Le président guinéen, Alpha Condé, a inauguré lundi 17 novembre le nouveau quai du terminal à conteneurs du port de Conakry, qui sera géré par le groupe français Bolloré, une infrastructure réalisée par une entreprise chinoise.


© Bolloré
© Bolloré
En Guinée, le terminal à conteneurs de Conakry, géré par Bolloré, a été inauguré lundi 17 novembre. "Notre ambition est de faire du port de Conakry un hub vers l’Amérique latine", a déclaré le chef de l'État lors de cette inauguration, en présence des ambassadeurs de France et de Chine. La nouvelle infrastructure, d'une longueur de 600 mètres, contre 260 mètres auparavant, peut désormais "accueillir simultanément deux navires de grandes capacités", selon Alpha Condé.
Le quai est réalisé "avec un financement du groupe Bolloré à hauteur de 47 millions d'euros, soit environ 447 milliards de francs guinéens. L'infrastructure qui a créé plus de 150 emplois, sera dotée de deux portiques afin de permettre au Port autonome de Conakry d’être plus compétitif". Bolloré "compte investir 500 millions d'euros pendant la durée de la concession", a affirmé, lors de l'inauguration Ange Mancini, représentant du groupe Bolloré qui avait remporté le en avril 2011 le marché, pour l'exploitation du port de Conakry, pour vingt-cinq ans. Les travaux d'extension du nouvel ouvrage portuaire, après de premiers réalisés par le groupe de BTP Sogea-Satom, ont été réalisés par la société China Harbour Engineering (CHEC), a indiqué la présidence guinéenne.

"Le port de Conakry, un hub vers l’Amérique latine"


Selon une source proche de Bolloré, la société chinoise s'est vu confier ces travaux à la suite d'un appel d'offres lancé par le groupe français. Le président Condé, élu en novembre 2010, avait résilié le 8 mars 2011, par décret, la convention de concession du terminal octroyée en 2008 pour vingt-cinq ans à Getma, filiale de l'armateur français NCT Necotrans, pour la confier au groupe Bolloré, déclenchant une bataille judiciaire entre les deux rivaux. Le litige s'était réglé devant le tribunal de commerce de Nanterre, qui avait condamné en octobre 2013 Bolloré à verser plus de 2 millions d'euros à NCT Neotrans, au titre des investissements réalisés ayant "bénéficié au nouveau concessionnaire", mais débouté le demandeur de ses assignations en "concurrence déloyale" et complicité de violation par l’État de ses engagements contractuels". Le tribunal avait considéré qu'"il n'a pas été démontré que les sociétés du groupe Bolloré sont à l'origine de la décision de résiliation".
Le port de Conakry, seul Port autonome de Guinée, est vital à l'économie du pays. Près de 4 millions de tonnes de marchandises y transitent chaque année, des hydrocarbures aux biens de première nécessité.

Vincent Bolloré, un touche à tout de l'industrie et des médias

Magnat de l'industrie, Vincent Bolloré a fait en quelques décennies de la papeterie familiale en perdition un empire qui va des médias à la logistique. Né le 1er avril 1952 dans une famille d'industriels bretons, il débute sa carrière dans la finance après des études de droit, avant de se lancer avec succès dans l'industrie. Fondé de pouvoir à la Banque de l'Union européenne (BUE) tout en poursuivant des études de droit (il obtiendra un doctorat), Vincent Bolloré devient à 23 ans, directeur-adjoint de la Compagnie financière d'Edmond de Rothschild, alliée de la famille. Alors qu'il est déjà bien établi dans la banque, le jeune homme décide de reprendre, avec son frère Michel-Yves, l'entreprise familiale spécialisée dans le papier bible et son papier à rouler OCB, alors qu'elle était au bord du dépôt de bilan. Au prix d'une baisse des salaires de 30 % et d'un recentrage sur les sachets à thé et les papiers métallisés ultra-fins utilisés dans l'industrie des condensateurs, Vincent Bolloré redresse l'entreprise, devenue Bolloré Technologies, qui devient cinq ans plus tard numéro un mondial du secteur. Mais la stratégie de diversification n'est pas toujours un long fleuve tranquille. Le groupe trébuche en 1992 avec l'achat de l'armement Delmas-Vieljeux, trop cher payé au moment où la conjoncture se retourne dans le transport maritime. Qu'importe, Vincent Bolloré assainit la situation financière, renoue avec les bénéfices et les coups financiers, ce qui lui vaut les surnoms de "petit prince du cash-flow" ou d'"il Scalatore" (le raider), souvenir d'une intrusion dans la banque italienne Mediobanca en 2001, dont il est toujours actionnaire. À partir des années 2000, il se lance dans les médias avec succès. Il part à l'abordage des publicitaires français Havas et britannique Aegis. Avec des destins opposés : s'il se renforce désormais chez le premier, il a tiré un trait sur son aventure avec le second. Son empire s'étend aussi à la presse gratuite ("Direct Matin"). En 2012, il devient le premier actionnaire du géant Vivendi, lors de la revente à Canal+ de ses chaînes de télévision D8 et D17. Son arrivée en juin à la tête du Conseil de surveillance de l'ancienne Générale des eaux n'a pas pour autant été exempte de frictions avec celui qu'il a remplacé, Jean-René Fourtou, à propos de la gouvernance du groupe. Un accord a finalement été trouvé en novembre 2013, avec la nomination de Vincent Bolloré à la présidence de la partie médias et contenus du groupe, symbole d'une nouvelle stratégie marquée par la sortie des télécoms comme cela a été le cas cette année avec SFR et GVT. Soucieux d'assurer la pérennité du groupe familial, il a placé plusieurs de ses quatre enfants à des postes-clés : après avoir été la tête du pôle médias de Vivendi, Yannick, 34 ans, est président de Havas depuis août 2013 et Cyril préside les activités logistiques de Vivendi. Son dernier succès est visible à chaque coin de rue à Paris : les voitures électriques Autolib' poursuivent leur expansion dans plusieurs agglomération européennes et même à Indianapolis. Vincent Bolloré est toujours disponible pour vanter les avantages de cette technologie qu'il a même introduite en Bourse. Il se montre en revanche plus discret sur les activités du groupe en Afrique, où il possède des plantations d'hévéas, est le n° 1 de la logistique et contrôle des ports comme Abidjan (Côte d'Ivoire), Conakry (Guinée) ou Misrata (Libye).


AFP

Mercredi 17 Décembre 2014



Lu 111 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Décembre 2014 - 10:04 Lagos-Apapa-Tin Can, leader du range COA

Jeudi 18 Décembre 2014 - 16:56 Bois illégal, une lutte inégale


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse