Indice de performance logistique : la France passe de la 13e à la 16e place mondiale


La perte de trois places par la France dans l’Indice de performance logistique 2016 de la Banque mondiale souligne l’urgence du plan stratégique "France Logistique 2025". Menée par l’Allemagne, en pole position, les pays européens se distinguent dans le classement mondial.


© Hafen Hamburg
© Hafen Hamburg
Depuis 2012, le classement de la France recule dans l’Indice de performance logistique dressé par la Banque mondiale tous les deux ans*. Du 12e rang, elle apparaît désormais en 16e position perdant trois crans par rapport à 2014. Cette tendance devrait interpeller les pouvoirs publics. À l’occasion du lancement du plan stratégique "France Logistique 2025" en mars dernier, le secrétaire d’État Alain Vidalies avait en effet précisé que ses résultats seraient évalués à l’aune de cet indice avec l’objectif d’y progresser. Dans l’immédiat, la France suit une courbe opposée comme la plupart des pays du Sud-Ouest européens tels que l’Italie (21e), l’Espagne (23e) et le Portugal (36e). À l’inverse, l’Allemagne confirme son leadership suivi par le Luxembourg, la Suède et les Pays-Bas. Dans le top 10 apparaissent aussi Singapour, la Belgique, l’Autriche, le Royaume-Uni, Hong Kong et les États-Unis.

"La performance logistique, une des clés de la croissance économique et de la compétitivité d’un pays"


Au-delà, quels enseignements retirer de l’indice 2016 qui rassemble 160 pays ? Pour la première fois depuis sa création en 2007, l’écart se creuse entre les États les plus et les moins performants, sauf dans le cas d’initiatives régionales. Le désenclavement de l’Ouganda (58e) et du Rwanda (62e) au moyen de corridors optimisés en témoigne, tout comme la création de la Communauté d’Afrique de l’Est "qui a permis de réduire de façon drastique les délais de dédouanement dans les couloirs régionaux", relève la Banque mondiale.

Pistes d’amélioration

Avec l’Inde (35e) et la Chine (27e), le Kenya (42e) est d’ailleurs l’un des pays qui enregistre l’une des plus fortes progressions dans l’indice 2016 réalisé avec le concours de la Fédération internationale des associations de transitaires et assimilés (Fiata) et 1.200 professionnels du secteur. Sur cette base, le classement valorise les pays européens qui s’accaparent sept des dix premières places grâce aux notes obtenues pour la qualité de leurs infrastructures et services, la fiabilité de leurs expéditions et délais, ou encore l’efficacité de leurs procédures de dédouanement. "La performance logistique consiste à assurer la fiabilité des chaînes d’approvisionnement qui relient les économies aux marchés. Les pays qui connaissent les difficultés les plus grandes dans ce domaine doivent améliorer leurs infrastructures ou s’atteler aux failles criantes des procédures douanières et de la gestion des frontières", selon Jean-François Arvis, co-auteur du rapport. "Les pays en meilleure position sont confrontés à la nécessité de résoudre des enjeux complexes liés au développement et à la qualité des services. Quant aux pays en tête, tous privilégient une étroite collaboration entre secteurs public et privé, et ont une vision globale de l’efficacité logistique".

Défis à relever

Parmi les défis relevés pour ces derniers, le rapport souligne le ferroviaire, l’adaptation des qualifications et compétences, l’ajustement des schémas logistiques au fléchissement de la croissance des échanges et la gestion de l’empreinte carbone. Alors que l’amélioration des procédures douanières est saluée, un effort identique semble souhaité par les organismes chargés des règles sanitaires et phytosanitaires. "Les politiques régissant la logistique ne se limitent plus au transport ou à la facilitation des échanges. Elles s’inscrivent dans un programme d’actions publiques plus vaste couvrant les services, le développement des équipements, les infrastructures et l’aménagement de l’espace", déclare Daniel Saslavsky, co-auteur du rapport. Rendez-vous en 2018 dans l’espoir que la France aura au moins enrayé sa baisse dans le classement…

* "Connecting to compete 2016 : Trade logistics in the global economy"

Érick Demangeon

Mercredi 13 Juillet 2016



Lu 686 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse