Inflation et perte de revenus pétroliers au Soudan


Confronté à la perte des trois quarts de ses revenus pétroliers depuis la sécession du Soudan du Sud en juillet 2011, le Soudan s'enfonce dans une crise économique majeure qui touche directement les plus pauvres à cause de la flambée des prix des produits alimentaires.


Inflation et perte de revenus pétroliers au Soudan
L'économie soudanaise se retrouve exsangue suite à l'inflation et la perte de revenus pétroliers. Pour tenter de juguler le problème, le président, Omar el-Béchir, a annoncé lundi 18 juin une série de mesures d'austérité, qui risquent de provoquer un mouvement de mécontentement. Dans son dernier rapport publié fin mai, le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué que le Soudan faisait face à des défis économiques "redoutables". Les rébellions dans les régions frontalières du Sud et surtout les combats d'avril à Heglig, principal champ pétrolier du pays, ont encore aggravé ces difficultés. L'inflation a atteint officiellement 28 % en avril et 30 % en mai, mais certains économistes pensent que le vrai chiffre est en fait supérieur à 40 %.

Un État en banqueroute

Face aux difficultés économiques, le président Béchir a annoncé lundi avoir "décidé d'augmenter les impôts et de supprimer 100 postes au gouvernement fédéral et 200 dans les gouvernements locaux". "Et nous allons supprimer les subventions aux carburants progressivement", a-t-il ajouté, précisant que le gouvernement essayait via ces mesures "de combler le fossé entre les recettes et les dépenses". Des économistes et certains membres du Parti du congrès populaire au pouvoir ont mis en garde contre le coût social et politique d'une suppression des subventions aux carburants. "De toute évidence, cela pèsera surtout sur les bas revenus et les pauvres", a souligné Mohammed el-Jak, professeur d'économie à l'Université de Khartoum. Le président Béchir a lui-même reconnu que cette mesure affecterait "particulièrement les pauvres", mais il a souligné qu'elle était nécessaire. Même le ministre des Finances, s'exprimant devant le Parlement la semaine dernière, a admis qu'il s'agissait de la décision d'un "État en banqueroute". Safwat Fanous, professeur de politique à l'Université de Khartoum, souligne que les problèmes financiers rencontrés par le gouvernement viennent de son incapacité à diversifier son économie, totalement dépendante des revenus pétroliers depuis dix ans.

Simon Martelli

Mardi 19 Juin 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse