Inquiétudes pour le transmanche à Dieppe


Dieppe ne devrait pas cette année être le bon élève des ports secondaires. Fin août, son trafic général affichait un retard de 7 % sur ses marques de 2013, la faute aux trafics générés par l’un de ses points forts habituels, l’usine Saipol. Et les inquiétudes pour le transmanche se précisent.


© Port de Dieppe
© Port de Dieppe
Quatre ans de retard dans la livraison du port à sec et crise récurrente de la pêche, ces deux pans de la «ville aux quatre ports» ne font pas oublier les deux autres. Et en premier lieu, les menaces qui planent sur la route transmanche entre Dieppe et Newhaven. Fin juin, les élus locaux avaient poussé un «ouf» de soulagement quand le Conseil général de Seine-Maritime avait annoncé qu’il pourrait prolonger d’une année la délégation de service public (DSP) accordée à DFDS Seaways France. Cet accord initialement conclu avec LD Lines devait expirer au 31 décembre prochain. Mais le 15 septembre dernier, en réaction au départ annoncé de la compagnie danoise de la ligne entre Le Havre et Portsmouth, Nicolas Rouly, président du Département, recadrait les enjeux : «Concernant Le Havre, il s’agit du choix d’un opérateur privé. Pour ce qui est de la DSP, aucune prolongation n’est actée. Nous poursuivons les discussions avec DFDS. L’un des éléments des négociations touche aux investissements nécessaires pour mettre un ou deux de nos ferries en conformité avec les exigences de l’annexe VI de la convention Marpol liés aux rejets de soufre». Et l’élu de rappeler l’obligation à ses yeux, à la lumière des études successives confiées à Ernst & Young, de dégager un «nouveau modèle économique» pour la ligne. En clair, ne plus faire supporter à la seule collectivité publique une aide annuelle de l’ordre de 20 millions d’euros, même si le choix politique de supprimer cette liaison historique est très compliqué à prendre. Rappelons que, depuis 2006, le Conseil général est propriétaire de deux navires construits en Espagne, les «Seven Sisters» et «Côte d’Albâtre» et que LD Lines, titulaire de la DSP pour Dieppe-Newhaven jusqu’en mars 2012 avait décidé de n’utiliser qu’un navire pour deux rotations quotidiennes. Ce qui laissait à quai le second, sauf affrètements ponctuels, comme c’est le cas actuellement du «Seven Sisters» au Havre.

Nouveau hangar de stockage quai de Norvège

Dans ce contexte, DFDS tire honorablement son épingle du jeu à Dieppe. Après huit mois, le trafic des passagers progresse légèrement à 206.400 personnes embarquées alors que le trafic fret se contracte de 4,6 % à 817.000 tonnes. Pour autant, dans le même temps, le trafic global du port est en retrait de 7 points sur l’an dernier à 1,17 million de tonnes. En cause les flux générés par l’usine Saipol qui l’an dernier étaient plutôt en forme. «Les approvisionnements en matières premières sont français et donc routiers», regrette-t-on au syndicat mixte du port. Résultats : aucune entrée de grains, des exportations de tourteaux en baisse de 40 %, à 32.668 tonnes, et des sorties d’huiles en chute libre de 62 %, à un peu plus de 16.000 tonnes.

"Les pales d’éoliennes s’amoncellent sur les quais"


Pour le reste tout va plutôt bien. Les entrées de graves de mer conservent un bon niveau malgré la dépression rencontrée par le secteur du BTP (280.200 tonnes, + 0,2 %). Les pales d’éoliennes s’amoncellent sur les quais (7.558 tonnes). Les exportations de bois (8.200 tonnes) comme de ferrailles (7.800 tonnes) progressent. Quant au trafic import espéré de carbonates de calcium pour l’industrie verrière de la vallée de la Bresle, il serait mis en «stand by». Ce qui n’empêcherait pas le syndicat mixte de vouloir construire un nouveau hangar de stockage quai de Norvège.

Vincent Rogé

Mardi 23 Septembre 2014



Lu 40 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 3 Octobre 2014 - 15:37 Le port du Havre attend l’éolien offshore


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse