Intégrer les ports aux chaînes logistiques et industrielles


La présence au sein de réseaux multimodaux à fort débit et les approches collaboratives conditionnent le développement des ports. Relevés lors d'une conférence du salon Euromaritime consacrée aux ports, ces enjeux sont à rapprocher aussi de leur vocation industrielle appelée à se diversifier.


Intervenants lors de la conférence Euromaritime consacrée aux ports et à leurs dessertes le 5 février à Paris Porte-de-Versailles © Érick Demangeon
Intervenants lors de la conférence Euromaritime consacrée aux ports et à leurs dessertes le 5 février à Paris Porte-de-Versailles © Érick Demangeon
De l'ESPO à Armateurs de France en passant par le BP2S et les autorités de ports maritimes et intérieurs, tous se rejoignent pour souligner l'importance pour un port d'être inscrit au réseau transeuropéen de transport (RTE-T). Moyen de prétendre aux aides communautaires, cette présence porte d'ailleurs les stratégies d'extension des hinterlands terrestres du Havre et de Marseille-Fos. Ce large consensus est l'occasion pour Isabelle Ryckbost d'appeler à la vigilance sur l'avenir et l'utilisation des 26 milliards d'euros alloués au RTE-T entre 2014 et 2020. Sur ce montant, "2,7 milliards ont été mis à la disposition de la BEI au titre du plan Juncker", alerte la secrétaire générale de l'ESPO avant d'ajouter : "Les projets portuaires sont éligibles aux fonds de la BEI mais la concurrence y est plus forte car la BEI ne cible pas uniquement les transports". Capter une part de la croissance mondiale, harmoniser la concurrence entre modes et entre ports, européens ou originaires de pays tiers, sont d'autres défis relevés par Isabelle Ryckbost, avec la diversification des bouquets énergétiques et l'intégration des nouvelles technologies.

Massifier et simplifier les flux

Appliqués au shortsea par Roberto Martinoli, président du réseau européen BP2S, ces enjeux visent "à harmoniser et à simplifier les passages portuaires pour aboutir à la création de guichets uniques". Le développement du conteneur 45' et la densification des réseaux de distribution en GNL sont également au centre de ses attentes.

"Capitaliser sur les corridors RTE-T pour étendre les hinterlands"


Insistant sur les vocations industrielle et logistique des ports ainsi que sur le potentiel des EMR, Raymond Vidil, président d'Armateurs de France, suspend l'avenir des places portuaires "à la capacité à massifier leurs opérations bord à quai et leurs dessertes terrestres. L'augmentation de la taille des navires impose de massifier les flux terrestres. Quelle que soit leur localisation géographique, il s'agit d'un enjeu majeur pour l'avenir des ports" tout en déplorant le retard pris par la France dans ce domaine et ses incohérences. "La baisse de l'aide à la pince ou les THC appliquées à la voie d'eau sont des freins et des handicaps qui rendent les ruptures de charge coûteuses et complexes dans les ports français ".

Approches interportuaires

Face à ces défis, les démarches engagées vers des chaînes logistiques plus collaboratives sont encouragées. Présentée par son directeur général délégué Antoine Berbain, "l'ambition d'Haropa d'ici 2030 est de renforcer notre rôle de hub logistique pour fixer les flux et notre cluster industriel". Trois leviers accompagnent ce cap : l'offre maritime, les capacités foncières et les services dont douaniers et multimodaux illustrés, "d'ici mai, par la mise en service du chantier multimodal au Havre et d'un terminal à conteneurs à Longueil-Sainte-Marie dans l'année". Plus au sud, Marseille-Fos relié à deux corridors RTE-T est dans une démarche similaire via l'initiative Medlink Ports muée récemment en agence de développement. "Cette évolution vise à renforcer la coopération interportuaire entre ses membres au service des trafics et des clients", explique Fabienne Margail du GPMM. Inscrit au projet stratégique 2014-2018, "l'aménagement de nouvelles capacités ferroviaires sur les bassins Est et Ouest cherchent à étendre en parallèle notre hinterland, et à prolonger sur le territoire européen nos services shortsea en Méditerranée".
Les approches interportuaires ne se limitent pas aux seuls ports maritimes comme en témoigne Didier Dieudonné, directeur général délégué du port de Strasbourg. "Au travers du projet Upper Rhine Ports qui rassemble neuf ports intérieurs allemands, suisses et français, nous souhaitons améliorer notre performance collective au service du commerce extérieur de nos territoires". Après une phase d'études, le premier projet commun concerne "la création d'un CCS, ouvert à tous pour fluidifier les informations et les flux, qui a vocation à devenir un guichet unique".

Érick Demangeon

Mercredi 11 Février 2015



Lu 669 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse