Jean-Pierre Vigerie : "Fluidifier le passage portuaire"


Jean-Pierre Vigerie est depuis un an président du Syndicat des transitaires de Marseille-Fos et sa région (STM). Il commente l'offre de transport méditerranéenne au départ de Marseille et les grands dossiers en cours.


Jean-Pierre Vigerie, président du Syndicat des transitaires de Marseille-Fos et sa région (STM).
Jean-Pierre Vigerie, président du Syndicat des transitaires de Marseille-Fos et sa région (STM).
Comment jugez-vous l'offre entre Marseille et les pays méditerranéens ?

Il n'y a pas de cas unique mais des situations très différentes. L'Algérie offre des services réguliers pour le roulier et le conteneur. La difficulté, c'est le temps d'attente, malgré les ports secs, on ne peut pas compter sur des escales à date fixe. Sur la Tunisie, cela fonctionne plutôt bien. De plus, celle-ci offre des flux retour, le trafic est plus équilibré. Sur le Maroc, on espère encore la création d'une ligne ro-ro pour desservir la France et l'Europe du Nord. Le port de Marseille-Fos est en négociations avec un armateur en particulier mais les transporteurs routiers demandent un transport compétitif à la fois en temps et en prix, ce qui est difficile à concilier. Deux fréquences hebdomadaires et quarante-huit heures de traversée seraient idéaux. Les services avec Israël fonctionnent bien à l'import et à l'export, d'autant que les trafics de fruits et légumes sont revenus à Fos après avoir quitté Marseille. Quant aux liaisons avec la Turquie, elles sont nombreuses et les délais de mer sont bons.

Quels sont les grands dossiers du moment pour le STM ?

Nous avons des réunions régulières avec les douanes, nous travaillons notamment sur la fluidité des trafics connus et sur la possibilité de dédouaner avant la mise à quai. Nous travaillons sur un point unique de contrôle phytosanitaire, des facilités de procédures, nous avons des relations assidues avec MGI pour faire évoluer les fonctionnalités du menu transitaires du système AP+ et développer un menu chargeurs. Nous travaillons sur Airport+ avec l'aéroport Marseille-Provence. Nous sommes en contact étroit avec les acconiers. Nous avons décidé de pérenniser nos rendez-vous au moment de la réforme et du passage sur Fos 2XL qui a été difficile. Nous avons aussi de bonnes relations avec les armateurs et les autres services de l'État, que ce soit en direct ou au travers de l'Union maritime de Marseille-Fos. Il y a d'excellentes relations entre les corps de métier. L'objectif est de fluidifier le passage portuaire, qui est déjà de 30 minutes à Marseille-Fos, contre 45 minutes en Europe du Nord. Nous participons à une réflexion lancée le mois dernier pour doter le terminal de Seayard d'un Centre d'inspection frontalier (Cif), car le Poste d'inspection frontalier (Pif) est au bout du terminal d'Eurofos. Cela permettrait d'effectuer les contrôles directement sur le terminal, de gagner encore un peu de temps et de réduire les coûts.

"On espère la création d'une ligne ro-ro avec le Maroc"



Quel est votre sentiment sur la nouvelle direction du port de Marseille-Fos ?

La feuille de route est très différente de celle de l'équipe précédente, qui a dû mettre en place la réforme. La mission de la nouvelle direction est de développer les trafics sur cette base. On sent néanmoins une implication plus concrète, plus pratique. Christine Cabau vient de l'entreprise et comprend nos problématiques. De plus, elle paraît ouverte à la discussion. Elle se sent concernée, elle est présente sur le terrain.

Où en est la construction d'un réseau de transitaires méditerranéens évoquée depuis quelques années par le STM ?

Nous organisons des rencontres avec les chargeurs et les transitaires de la rive d'en face. La dernière convention date de novembre 2013. Nous échangeons sur les difficultés rencontrées, qui sont, il est vrai, souvent de leur côté. Nous ne prétendons donner de leçon à personne mais nous essayons de voir dans quelle mesure AP+ pourrait être adopté dans les pays du Maghreb, ce qui changerait énormément de choses pour la circulation des informations. Nous discutons aussi avec les CCI pour tenter d'harmoniser certaines procédures.

Franck André

Mardi 3 Juin 2014



Lu 160 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse