Kem One : décision après une semaine de rebondissements


Le tribunal de commerce de Lyon va décider du sort de Kem One qui a d'abord vu ses deux repreneurs potentiels fusionner leur offre puis l'un des deux candidats se retirer. L'idée d'un partenariat futur n'est pas abandonnée.


© Kem One
© Kem One
Après neuf mois d'incertitude, et deux jours d'ultimes rebondissements, le tribunal de commerce de Lyon tranche vendredi 20 décembre l'avenir des 1.300 salariés concernés par le redressement judiciaire du groupe chimique Kem One.
Une seule offre seta sur la table : celle de l'industriel français Alain de Krassny, l'autre repreneur potentiel, le fonds d'investissement américain OpenGate, s'étant officiellement retiré jeudi 19 décembre. Ce retrait est uniquement motivé par des raisons techniques, les deux candidats à la reprise ayant scellé en début de semaine une alliance pour unir leurs forces et leurs capitaux en vue de gérer ensemble le groupe spécialisé dans le PVC.
C'est l'annonce surprise de cette fusion des deux projets qui avait amené, la veille, le tribunal de commerce à reporter sa décision de deux jours. Le parquet de Lyon avait cependant prévenu qu'un tel scénario n'était pas réalisable et les deux repreneurs y ont renoncé. "Il n'était pas possible de présenter au tribunal une nouvelle offre car les délais n'étaient pas suffisants", a expliqué Lionel Spizzichino, l'avocat d'OpenGate.

Partenariat seulement retardé ?

Le fonds américain, qui négocie parallèlement le rachat d'usines de transformation de PVC au groupe belge Solvay, entrera cependant au capital de Kem One dans un second temps si le tribunal désigne Alain de Krassny comme repreneur. "La volonté de s'associer n'est pas remise en cause, on garde le principe d'une fusion dans l'intérêt stratégique et industriel de Kem One", a assuré une porte-parole de la direction du groupe, né en 2012 de la vente par Arkema de son pôle vinylique au financier américain Gary Klesch, pour un euro.
En visite le 19 décembre sur un site de Kem One à Balan (Ain), le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui a suivi de près le dossier depuis mars, a estimé que cet ultime rebondissement "ne change rien parce que les deux repreneurs se sont mis d'accord". Il s'est dit "confiant" dans l'issue de la procédure.

Tristan Malle

Jeudi 19 Décembre 2013



Lu 89 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse