L'AUTF accompagne les premiers pas du "menu chargeurs" d'AP+


L'ouverture d'AP+ aux chargeurs est testée par Ikea à Marseille. Dans le courant du premier semestre 2015, un pilote est prévu au Havre avec LTR Industries, et espéré par Roquette à Dunkerque. Avec le soutien des douanes, l'AUTF appelle ses membres à expérimenter le menu chargeur créé à leur demande.


Le menu chargeur d'AP+ est testé à Marseille et devrait bientôt l'être au Havre et à Dunkerque ©GPMD
Le menu chargeur d'AP+ est testé à Marseille et devrait bientôt l'être au Havre et à Dunkerque ©GPMD
Plus qu'une nouvelle fonction, le menu chargeurs d'AP+ change la place des ports français dans les supply chain des industriels et distributeurs. Pour que cette fonction soit développée, enrichie, voire généralisée à tous les ports utilisant AP+, les chargeurs devront s'engager et l'intégrer dans leur process et systèmes d'information. Soit un minimum d'investissements, dont l'abonnement au CCS. Une autre condition sera de convaincre les communautés portuaires de sa pertinence pour capter de nouveaux clients et trafics. À l'initiative de l'AUTF, les économies et gains de productivité présentés à Paris par les tests en cours ou à venir pourraient impulser cette dynamique.
 

"Optimiser le pilotage des flux logistiques, administratifs et douaniers"


Sur un volume de plus de 5.000 EVP par an via Le Havre, LTR Industries, filiale spécialisée dans le tabac reconstitué du groupe SWM, entend supprimer tout bonnement ses coûts de transit à l'import. "Soit une économie d'environ 140.000 euros par an par rapport à notre process actuel", évalue Brigitte Georges, directrice des opérations douanières de SWM France. Au prix de développements apportés à son ERP Oracle, le menu chargeurs lui permettra d'effectuer ses déclarations douanières directement au Havre. Son service logistique réalisant déjà cette opération sera alors libéré de la notification de transit (T1) entre le port et le lieu d'entreposage, et LTR de la garantie de transit appliquée au tabac classée "marchandise sensible". Cette procédure import sera testée dans le courant du premier semestre 2015.

Résultats concrets chez Ikea

Seul Ikea à Fos est engagé dans un test en condition réelle d'exploitation présenté par sa responsable douane Céline Roux. Les principales fonctions utilisées sont "le suivi des dates d'arrivée (ETA) des navires et des barges pour les conteneurs en réception et la vérification des "Vues à quai" (VAQ) au port maritime ou intérieur". S'ajoutent "les ETA réelles pour prioriser et anticiper la préparation des dédouanements et le tracing du statut des VAQ pour effectuer les dédouanements dans les meilleurs délais". Diminution des relances téléphoniques auprès des compagnies maritimes, plannings de livraison anticipés, suivi des frais plus fin sont quelques gains cités en planification. Céline Roux relève aussi une "une meilleure organisation" du service douane grâce à une "réduction du nombre des documents manquants, davantage de réactivité et d'anticipation". Une interface entre AP+ et son système d'information permet aussi à Ikea de tracer automatiquement les numéros de conteneurs prévus à l'arrivée ainsi que les ETA et les VAQ. Le suivi des flux par navire ainsi qu'une traçabilité de bout en bout des conteneurs du VAQ au constat de réception est à l'étude.

Quid du "correspondant" portuaire

Après Marseille et Le Havre, le menu chargeurs sera présenté par la Sogyp à toutes les communautés portuaires utilisant AP+. À Dunkerque, le leader de la transformation de matières premières végétales Roquette en attend une division par "au moins deux" des frais d'apurement facturés à l'export par ses transitaires. "Soit 120.000 euros au minimum par an", selon Réjane Leroy responsable douane et sûreté, "sachant que l'apurement est gratuit dans les ports belges et néerlandais". Des économies à l'origine de tensions locales sur la mise en œuvre de l'application. Jean-Michel Thillier de la DGDDI et François Mahé des Portes de la Sogyp ont cherché à déminer le sujet. "La validation de l'avis de mise à quai ainsi que les déclarations douanières dans AP+ restent sous la responsabilité du correspondant portuaire". À l'export, le menu chargeur sert en outre "à fiabiliser les informations liées à la marchandise en complétant l'avis de mise à quai" telles que "le poids brut total de la marchandise emportée" renseigné par les chargeurs.

 

Érick Demangeon

Jeudi 20 Novembre 2014



Lu 663 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse