L'Afitf, une agence utile


Lyonnais, juriste de formation, Michel Havard, 44 ans, est député du Rhône. Il est aussi, depuis avril 2011, au titre de son mandat de conseiller municipal de Lyon (sur proposition de Patrick Ollier), l’un des administrateurs de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf). Cette agence est présidée par Dominique Perben, ministre des Transports de 2005 à 2007, également député du Rhône.


Michel Havard, député du Rhône © AFITF
Michel Havard, député du Rhône © AFITF
L’Antenne : À quoi sert «vraiment» l’Afitf dont la suppression avait même été envisagée par la Cour des comptes ?

Michel Havard : Sa suppression a en effet été envisagée mais non suivie d’effet car l’Afitf est utile. Elle gère la mise en œuvre des décisions de l’État en matière de grandes infrastructures de transport. Elle n’est pas une structure de décision mais, à mon avis, elle permet, d’une part, une certaine souplesse administrative et, d’autre part, une représentativité assez large puisqu’on y trouve un vaste éventail d’élus locaux, de parlementaires et différentes administrations de l’État concernées par les projets. Si l’Afitf n’a pas été supprimée c’est qu’on a considéré que cela n’aurait pas entraîné une réelle simplification.

L’A. : Comment fonctionne cette agence ?

M. H. : Les recettes principales de l’agence proviennent principalement de la dotation de l’État, en attendant les recettes de la taxe poids lourds pour les plus de 3,5 tonnes qui emprunteront le réseau non concédé, dès 2013. Ses recettes viennent également de la taxe d’aménagement du territoire, liée à la redevance autoroutière, et de quelques autres taxes comme les recettes des radars. Ceci totalise environ 4 milliards d’euros par an pour honorer les contrats de l’État.

"Un observatoire des autres pratiques en Europe ou dans le monde"



L’A. : Comment pourrait-on rendre plus efficace cette agence ?

M. H. : Il s’agit d’une sorte d’agence à responsabilité limitée car nous n’avons pas de projets propres. À mon avis, pour lui ajouter de la valeur ajoutée, il faudrait qu’elle devienne une source de propositions grâce à des évolutions juridiques. Elle pourrait être aussi un observatoire des autres pratiques en matière d’infrastructures de transport en Europe ou dans le monde et cela améliorerait le débat. L’agence pourrait être force de propositions en amont et instrument de réalisation en aval…

Annick Béroud

Mercredi 16 Novembre 2011


Tags : afitf



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 13 Décembre 2011 - 14:05 Le Pil’es poursuit ses actions pour la logistique


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse