L'"Energy Observer" paré pour un tour du monde de six ans



101 escales sont programmées lors du tour du monde d'"Energy Observer" © Energy Observer
101 escales sont programmées lors du tour du monde d'"Energy Observer" © Energy Observer
Du soleil et de l'eau, une pincée de vent, de l'hydrogène, le tout avec une bonne dose d'audace : la recette d'"Energy Observer", premier bateau écologique propulsé aux énergies renouvelables et à l'hydrogène, ouvre de nouveaux horizons à la science, à l'image de son modèle, Solar Impulse. Sous la tente du chantier naval de Saint-Malo, qui abrite le multicoque, encore en attente de ses panneaux solaires, de ses éoliennes et de sa "chaîne de production" d'hydrogène, Victorien Erussard, l'un des deux porteurs de ce projet resté jusqu'ici confidentiel, en raconte les innombrables ficelles. "Nous allons être le tout premier navire doté d'une chaîne de production d'hydrogène autonome", explique tout sourire cet officier de marine marchande et coureur au large de 37 ans. "Nous alimenterons nos batteries avec l'énergie solaire et éolienne si le temps le permet, et ces batteries alimenteront ensuite nos moteurs électriques", explique-t-il. "S'il n'y a pas de vent, de soleil, ou la nuit, c'est l'hydrogène stocké et fabriqué par électrolyse de l'eau, grâce aux panneaux solaires et aux deux éoliennes, qui prendra le relais", ajoute le capitaine. Le catamaran, une ancienne bête de course qui a remporté le trophée Jules Verne en 1994, a été racheté 500.000 euros et rallongé de 6 mètres, à 30,5 mètres, pour les besoins du projet, parrainé par Nicolas Hulot. Autre élément innovant : une voile de traction de 50 m2 permettra, grâce aux deux moteurs électriques "réversibles", de produire de l'électricité par hydrogénération.
Mais l'exploit d'"Energy Observer" réside d'abord dans la production et le stockage in situ d'hydrogène, fabriqué à partir d'énergies renouvelables et non d'énergies fossiles, comme c'est le cas aujourd'hui à 96 %.
"L'hydrogène n'est pas un carburant mais une manière de stocker l'énergie", précise Jérôme Delafosse, 45 ans, le second porteur du projet. "Au lieu d'avoir des batteries, nous remplissons des bouteilles d'hydrogène à haute pression et cet hydrogène pourra alimenter nos piles à combustible et produire de l'électricité", explique ce réalisateur de documentaires, également écrivain et scaphandrier professionnel.

Un tour du monde de six ans

Conçu en partenariat avec une équipe d'architectes navals et le CEA-Liten de Grenoble, dédié aux technologies des énergies nouvelles, ce petit bijou de technologies vertes, qui a coûté 4,2 millions d'euros, sera testé en temps réel lors d'une expédition autour du monde prévue à partir de février 2017.
Alors qu'une dizaine d'ouvriers s'activent sur le chantier malouin pour gommer les aspérités de sa coque, "Energy Observer" sera, à terme, "truffé de capteurs", véritable laboratoire ambulant pour le CEA-Liten.
Pour la directrice de cette institution, Florence Lambert, il s'agit d'un "super challenge". ""Energy Observer" est emblématique de ce que seront les réseaux énergétiques de demain, avec des solutions qui pourront même être déployées d'ici cinq ans", souligne-t-elle. "Il s'inscrit dans une nouvelle logique de stockage d'énergie. À titre d'exemple, les maisons de demain pourront intégrer un stockage d'hydrogène produit l'été et réutilisé l'hiver", ajoute-t-elle.
Et comme le souligne le chef de projet au CEA-Liten, Didier Bouix, l'hydrogène "permet de stocker, à masse équivalente, vingt fois plus d'énergie" que les batteries, qui restent toutefois complémentaires.
Le tour du monde d'"Energy Observer", qui doit permettre d'éprouver les technologies embarquées, est prévu pour durer six ans. Après une prudente traversée de la Méditerranée, le catamaran s'aventurera sur l'Atlantique et le Pacifique. Au total, 101 escales sont programmées, de Cuba à Nouméa en passant par Goa, chacune associée à une thématique.
"Le premier but est d'aller chercher des solutions durables là où elles se trouvent, et de voir les hommes qui sont à l'origine de ces idées", explique Jérôme Delafosse. S'il reste à trouver des financements pour cette longue expédition, pas moins de 4,2 millions d'euros par an, notamment pour mettre en place une exposition itinérante, l'équipe se dit "confiante". Et renvoie vers l'histoire de son mentor Solar Impulse, qui a réalisé "ce qu'on disait impossible".

Hélène Duvigneau

Mardi 13 Septembre 2016



Lu 285 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse