L'État discute avec Écomouv'


Le secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a annoncé que des discussions étaient engagées avec la société Écomouv', et qu'aucun scénario de sortie du contrat n'était encore avalisé.


L'État se réserve toujours la possibilité d'aller en justice pour dénoncer le contrat © Écomouv’
L'État se réserve toujours la possibilité d'aller en justice pour dénoncer le contrat © Écomouv’
Interrogé à l'Assemblée Nationale par les commissions des finances et du développement durable,  Alain Vidalies a expliqué être en négociations avec la société qui était chargée de collecter l'Écotaxe. "À ce jour, des discussions sont engagées avec la société Écomouv', vous comprendrez donc que je n'avalise aucun scenario ni chiffre pour le moment". Le secrétaire d'État a également rappelé que la lettre de résiliation transmise fin octobre à Écomouv', fait mention de "doutes" émis sur "la validité du contrat initial au regard des exigences constitutionnelles qui s'imposent à l'État, lorsqu'il confie à des personnes privées la gestion de certaines activités". À ce titre, l'État pourrait aller en justice.

La dotation de l'Afitf maintenue

Concernant le financement de l'Agence de financement des infrastructures de transport en France (Afitf), à laquelle étaient destinées les recettes de l'Écotaxe, Alain Vidalies a de nouveau indiqué qu'elle disposerait "en 2015, comme prévu initialement, de 1,9 milliard d'euros pour les investissements", du fait de la hausse de quatre centimes par litre de la taxe sur le gazole, qui a été étendue aux poids lourds. Il a ajouté que "le gouvernement s'engage à assurer un financement des opérations de l'Afitf à hauteur de 1,9 milliard d'euros pour les années 2015, 2016 et 2017 dans un programme triennal".
Alain Vidalies a aussi fait état de "l'étude d'une solution alternative à moyen terme, pouvant être mise en œuvre au 1er janvier 2016, avec pour objectif notamment de faire contribuer les transporteurs étrangers". Le gouvernement souhaite "obtenir des transporteurs, sous la forme que nous arrêterons, une participation à hauteur de 350 millions (d'euros), ce qui est la recette nette aujourd'hui provenant des quatre centimes". Néanmoins, a-t-il précisé, "il est évidemment exclu d'avoir une solution qui ne ferait payer que les transporteurs étrangers, ça n'est pas possible".

AFP

Mercredi 19 Novembre 2014



Lu 103 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse