L’État monte au créneau pour aider Petroplus


Le gouvernement français est monté mercredi 28 décembre au créneau dans le dossier Petroplus, sous la pression des syndicats inquiets pour la raffinerie normande de Petit-Couronne, en disant tout faire pour aider le groupe suisse à obtenir des financements cruciaux.


© PETROPLUS
© PETROPLUS
L’État, sous pression des syndicats, monte au créneau pour aider Petroplus. "Le gouvernement, par le biais de la médiation du crédit, fait tous ses efforts pour aider Petroplus dans ses négociations bancaires, qui sont des négociations complexes incluant plusieurs banques internationales", ont assuré le ministre de l’Économie, François Baroin, et son homologue chargé de l’Énergie, Éric Besson. "Les banques françaises ont fait part de leur disponibilité pour mettre en place les financements demandés par l'entreprise dans le cadre d'un accord global", ont-ils ajouté.
En clair, cela signifie que les banques françaises impliquées sont prêtes à financer le groupe helvétique, s'il parvient à s'entendre avec les autres établissements auprès desquels il cherche à se renflouer. Mais le gouvernement a rappelé que Petroplus est "un groupe de droit suisse, et que son consortium bancaire est très majoritairement composé de banques étrangères", avec seulement trois établissements français sur une quinzaine. L’État a ainsi répliqué aux demandes des syndicats, qui lui avaient demandé de faire pression sur les banques pour qu'elles acceptent de financer Petroplus, et sauvent ainsi la raffinerie française de Petit-Couronne (Seine-Maritime), dont l'activité risque autrement de s'arrêter très bientôt. "Le gouvernement doit ouvrir les coffres des banques, puisqu'il ne cesse de répéter qu'il faut qu'elles soutiennent l'industrie", a affirmé Jean-Luc Brouté, secrétaire du syndicat CGT de la raffinerie de Petit-Couronne.

Danger imminent pour Petit-Couronne

Cette exigence a été relayée par les élus de gauche de la région, Laurent Fabius en tête, qui a interpellé le Premier ministre, François Fillon, sur "la situation gravissime" de l'entreprise. La raffinerie de Petit-Couronne, près de Rouen, est l'un des cinq sites européens menacés par la panne de financement du groupe helvétique.

Frédéric Pouchot

Jeudi 29 Décembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse