L'Europe autorise la fusion entre Hapag-Lloyd et CSAV


La fusion entre Hapag-Lloyd et CSAV a obtenu le feu vert de la Commission européenne, à la condition que la compagnie chilienne mette fin aux deux consortiums qui la lient à MSC entre l'Europe et l'Amérique latine.


Hapag-Lloyd pourra conserver son partenariat avec CMA CGM et Hamburg Süd entre l'Europe et l'Amérique latine © Hapag-Lloyd
Hapag-Lloyd pourra conserver son partenariat avec CMA CGM et Hamburg Süd entre l'Europe et l'Amérique latine © Hapag-Lloyd
La Commission européenne a approuvé le 11 septembre la fusion d'Hapag-Lloyd avec CSAV. L'armateur, numéro un allemand de la ligne régulière, souhaite intégrer les activités de transport maritime conteneurisé de son homologue chilien. Les deux compagnies, qui ont scellé définitivement leur accord en avril dernier, avaient obtenu fin juillet l'accord des autorités américaines.
L’autorisation de Bruxelles est cependant soumise à une condition, "que CSAV se retire de deux consortiums assurant les liaisons commerciales entre, d’une part, l’Europe du Nord et, d’autre part, la Caraïbe et la côte Ouest de l'Amérique du Sud".

Trois consortiums impliqués

Sur le trade Europe du Nord-Caraïbe, Hapag-Lloyd est membre du consortium Eurosal aux côtés de son compatriote Hamburg Süd et de CMA CGM, alors que CSAV fait partie du consortium Euroandes formé avec MSC. Eurosal et Euroandes sont également actifs sur la route Europe du Nord-côte Ouest de l'Amérique du Sud. Pour la desserte de ce marché, CSAV fait aussi partie du consortium Ecuador Express, toujours avec MSC. Selon la Commission, les deux candidats à la fusion ont accepté de mettre fin à Euroandes et Ecuador Express.
Pour Bruxelles, l'absence de cette contrepartie aurait posé deux problèmes. D'une part, "l'entité issue de la concentration aurait été soumise à une pression concurrentielle insuffisante" et, d'autre part, la fusion aurait créé sur les deux trades "des liens supplémentaires entre des consortiums jusque-là disjoints". Joaquín Almunia, commissaire chargé de la Concurrence, estime que cette décision "écarte tout risque de hausse de prix consécutive à la concentration entre Hapag-Lloyd et CSAV". Selon l'Espagnol, "le transport maritime régulier joue un rôle central dans le commerce mondial, la concurrence dans ce secteur est donc essentielle pour les entreprises et les consommateurs de l’UE".

Des pertes avant les économies

Hapag-Lloyd s'est félicité de cette décision, qui "résulte du processus de consultation auquel se prêtent les deux compagnies avec plusieurs autorités régulatrices dans le monde". L'armateur rappelle que la concrétisation de cette opération requiert encore le feu vert de "quelques autres juridictions", une dizaine. La fusion de ces deux leaders nationaux donnera naissance au numéro quatre mondial de la ligne maritime régulière, avec une capacité de près de 980.000 EVP (5,3 % de parts de marché) répartie sur une flotte de 192 porte-conteneurs et un volume de transport annuel avoisinant les 7,5 millions d'EVP. Le chiffre d'affaires cumulé des deux groupes est proche des 9 milliards d'euros, d'après la compagnie basée à Hambourg.

"Cette décision écarte tout risque de hausse de prix"


À l'approche de leur mariage, les deux protagonistes ont vu leur situation financière se dégrader, avec des résultats plombés notamment par la faiblesse des taux de fret. La Compañia Sud Americana de Vapores a enregistré au premier semestre 2014 une baisse de 12 % de son chiffre d'affaires comparé à 2013 et un doublement de ses pertes à 124 millions de dollars, alors que ses volumes étaient pourtant en hausse de 5 % (949.000 EVP). De son côté, Hapag-Lloyd a perdu quelque 173 millions d'euros durant les six premiers mois de l'année et a vu son résultat d'exploitation basculer dans le rouge malgré, là aussi, une hausse d'activité de près de 6 % (2,9 millions d'EVP).
Les dirigeants de la compagnie allemande estiment à 300 millions d'euros par an les gains qui découleront de la fusion avec CSAV. Ils espèrent pouvoir conclure l'opération avant la fin de cette année.

Franck André

Vendredi 12 Septembre 2014



Lu 523 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse