L'Inde, la priorité absolue d'Etihad Airways


Après avoir acquis des parts dans des compagnies européennes, Etihad Airways est concentrée sur l'Inde, a déclaré vendredi 20 septembre son PDG, James Hogan, imperméable aux rumeurs selon lesquelles la compagnie d'Abu Dhabi investirait prochainement dans Alitalia.


© Jet Airways
© Jet Airways
L'Inde est la priorité absolue d'Etihad Airways. "Nous regardons de nombreuses affaires potentielles mais notre priorité est Jet Airways", a indiqué le dirigeant d'Etihad. James Hogan escompte sur un feu vert des autorités indiennes "dans les prochaines semaines" pour acquérir 24 % du transporteur indien Jet Airways, ce qui lui permettrait d'asseoir la présence d'Etihad Airways sur un des marchés les plus prometteurs de la planète. Si cette opération est approuvée, Etihad détiendra alors des parts dans six compagnies après Air Berlin, Air Seychelles, Virgin Australia, Aer Lingus et Air Serbia (l'ancienne Jat).
Le trafic entre l'Inde et les Émirats arabes unis est amené à exploser ces prochaines années, après l'accord sur les services aériens signé récemment entre ces pays, a expliqué James Hogan. À partir du 1er novembre, Etihad prévoit d'ores et déjà de plus que tripler le nombre de sièges proposés sur les routes Abu Dhabi-Mumbai et Abu Dhabi-New Delhi. Et l'annonce jeudi 19 septembre par Singapore Airlines et le groupe Tata d'une nouvelle compagnie conjointe basée à New Delhi, ne devrait pas contrarier les plans du transporteur emirati. "L'Inde est un marché gigantesque et très dynamique", a commenté James Hogan, qui voit dans l'arrivée d'un nouveau concurrent une saine émulation.

94 destinations

Etihad Airways connaît une croissance vertigineuse depuis son lancement en 2003. L'an passé, la compagnie a transporté plus de 10,3 millions de passagers. Elle dessert actuellement 94 destinations à travers le Moyen-Orient, l'Afrique, l'Europe, l'Asie, l'Australie et l'Amérique, avec une flotte de 80 appareils. L'an passé, le groupe a dégagé un bénéfice net de 42 millions de dollars. Le transport aérien "est une activité difficile. Mais nous sommes sur les rails pour dégager des bénéfices cette année", a indiqué James Hogan, sans toutefois avancer de chiffres précis.

"Nous sommes sur les rails pour dégager des bénéfices cette année"


Cette montée en puissance n'est pas sans lien avec la stratégie mise en œuvre par James Hogan à son arrivée en 2006. Celle-ci repose sur des prises de participation ciblées et une multiplication d'accords commerciaux (dits de partages de codes) permettant aux compagnies de profiter des liaisons des unes et des autres. Parallèlement, James Hogan exclut catégoriquement de rejoindre une quelconque alliance aérienne, contrairement à Qatar Airways qui rejoindra fin octobre OneWorld. "Ni OneWorld ni Star Alliance ni SkyTeam", a-t-il de nouveau résumé vendredi, préférant les accords commerciaux comme celui qui le lie à Air France depuis près d'un an. Ces accords permettent à chacune des deux compagnies d'offrir à ses passagers un plus large éventail de destinations. "Nous volons vers de nombreuses parties du monde où Air France-KLM ne vole pas", a-t-il souligné, citant notamment l'Irak, le Pakistan ou l'Australie. Satisfait de son partenariat avec ce groupe, d'autant qu'Abu Dhabi "a des relations solides avec la France", James Hogan a toutefois estimé que pour l'heure, la coopération devait s'en tenir aux partages de codes.
Ainsi la création éventuelle d'une joint-venture, similaire à celle d'Air France-KLM avec la compagnie américaine Delta Airlines pour les vols entre Paris et l'Amérique du Nord, n'est pas pour lui à l'ordre du jour. "Au sein de SkyTeam, il y a des structures de sociétés communes. Je ne suis pas membre de SkyTeam. Et nous avons des bases de coûts différentes. Nous ne recherchons pas de joint-venture", a-t-il expliqué. "Pour le moment, nous regardons comment développer ce partenariat à un rythme qui nous conviennent. C'est un long chemin. Nous devons de part et d'autre comprendre nos modèles d'activité", a-t-il ajouté. "Nous sommes fiancés mais nous ne sommes pas mariés", a-t-il conclu.

Delphine Touitou

Lundi 23 Septembre 2013



Lu 60 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:12 Fort rebond du fret aérien mondial en octobre


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse