L'Inde, un pays émergent doté de 13 ports majeurs


La mission conduite en Inde mi-février par le président de la République François Hollande, une délégation ministérielle et un certain nombre d'entreprises prouve que la France essaie de combler le retard dans les relations commerciales qui la lient à ce géant asiatique. Le sous-continent indien présente 13 grands ports et 176 ports secondaires, soit de taille moyenne ou petite. Tous illustrent la diversité des échanges internationaux du pays.


En 2009-2010, le trafic des "minor ports" (ports secondaires) indiens s'est composé, pour une grande majorité, de carburants et lubrifiants, de minerais de fer, de ciment, de charbon, d’engrais, de matières premières et de conteneurs. "La part relative des matières premières, dans le trafic total de ces ports, n’a pas beaucoup évolué au cours de ces dix dernières années", relève Salima Nekrouf, la rédactrice de la dernière note de synthèse de l'Isemar consacrée aux ports indiens, "Reflet de l'émergence". Elle note cependant "une nette augmentation de carburants et de lubrifiants".
La géographe à l'université de Montpellier ajoute que près d’un port indien secondaire sur quatre (41 sur 176) est enregistré dans l’État très industrialisé du Gujarat. Si le gouvernement central a initié la politique de privatisation de ses ports, "le Gujarat Maritime Board est l’un des premiers corps gouvernementaux à avoir sollicité des investissements en provenance du secteur privé, destinés au développement des jetées et des quais de plusieurs ports du Gujarat". En 1997, le gouvernement de cet État s'est montré également l’un des pionniers dans la formulation d’une politique en matière de "Build Own Operate Transfer" (BOOT) et son succès l’a hissé au rang de modèle pour d’autres États maritimes indiens, ajoute Salima Nekrouf.
Elle précise que les ports de Pipavav et de Mundra, dans le Gujarat, sont les deux premiers ports de secteur privé développés dans le pays à partir de 1998. En 2010, Mundra se classe devant nombre de "major ports" avec un trafic de 30 millions de tonnes composé essentiellement de charbon, de blé, d’engrais, d’acier, d’huile, de produits chimiques, de conteneurs, de produits pétroliers et de voitures.

Calcutta, Chennai, Mumbai : un siècle d'histoire

Du côté des "major ports" (les ports principaux), la géographe de l'université de Perpignan note que les plus anciens sont Calcutta, Chennai et Mumbai, tous opérationnels depuis plus d’un siècle.
Elle rappelle que Cochin et Visakhapatnam ont, en moyenne, plus de 80 ans et que Kandla, Mormugao, Paradip, Haldia, New Mangalore et Tuticorin ont été mis en service après l’indépendance. Pour sa part, le port de Jawaharlal Nehru date de 1989, Ennore Port Limited devient le premier port indien corporatisé en 2001 et Port Blair (îles Nicobar) accède au rang de treizième et dernier "major port" en juin 2010. Salima Nekrouf souligne que le trafic de ces grands ports a doublé en dix ans, passant de 281 millions de tonnes en 2000 à 570 millions de tonnes en 2010.
Sur la côte Ouest, le port de Kandla, dans le Gujarat, est aujourd’hui en tête de podium des ports principaux du pays, avec un trafic qui est passé de 37 millions de tonnes au début des années 2000 à 82 millions de tonnes une décennie plus tard. À ses yeux, son succès peut s’expliquer par la volonté politique de cet État de promouvoir les contrats de privatisation dans son secteur portuaire avec l’objectif d’amener ses ports aux standards internationaux et dans le but de créer sur ses côtes un "hub portuaire incontournable pour les navires des plus grandes compagnies maritimes mondiales".

"Le développement du conteneur freiné par des infrastructures retardardataires"


La côte Est, quant à elle, profite aussi de l’augmentation générale du trafic dans les "major ports" grâce, notamment, à l’activité du port de Visakhapatnam, dont le trafic qui totalise 68 millions de tonnes, lui permet d’occuper le rang de deuxième port majeur. Il est suivi par le port de Jawaharlal Nehru, avec un trafic de 64 millions de tonnes, dont l'essor est dû au développement de la conteneurisation dans le pays.
La rédactrice de la note de synthèse souligne que ce secteur d'activité est passé de 2,4 millions d'EVP à 7,5 millions d’EVP en dix ans, à savoir entre 2000-2001 et 2010-2011. Elle relève toutefois qu'en dépit des efforts du gouvernement indien, le développement de la conteneurisation est freiné par le retard chronique des ports indiens en matière d'infrastructures. "En effet, le trafic conteneurisé ne représente que 52 % du trafic général des ports indiens, alors qu’il se situe entre 70 et 80 % pour les pays industrialisés.
Contrairement à la tendance globale du trafic général des marchandises dans le pays, le trafic conteneurisé dans les grands ports n’est pas réparti équitablement entre les deux côtes du pays, observe la géographe. En 2010, les ports majeurs de la côte Ouest ont assuré 64 % du trafic des conteneurs (dont Jawaharlal Nehru a enregistré 57 % du total) alors que ceux de la côte Est n'ont traité que 36 % de cette activité, essentiellement assumée par le port de Chennai (20 % du total national).

V. J. C.

Mardi 26 Février 2013





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 27 Février 2013 - 13:08 Maersk : "Jouer en 2013 la carte de la profitabilité"

Mardi 26 Février 2013 - 16:02 À quand un géant chinois du shipping ?


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse