L'Italie revoit à la baisse ses ambitions pour le Lyon-Turin


L'Italie a modifié par mesure d'économie le tracé de la future ligne ferroviaire Lyon-Turin sur son territoire sans pour autant revenir sur le principal tunnel prévu, celui creusé sous le Mont-Cenis.


© Lyon-Turin
© Lyon-Turin
Pour la ligne Lyon-Turin, Rome revoit à la baisse ses ambitions mais sans toucher au tunnel principal, a assuré samedi 2 juillet la société du Tunnel euroalpin Lyon-Turin (Telt). Dans l'espoir d'économiser 2,6 milliards d'euros et de livrer le chantier à temps, le ministre italien des Infrastructures, Graziano Delrio, a annoncé vendredi 1er juillet le nouveau tracé qui renonce à un tunnel et en raccourcit un autre.

"Ce ne sont pas des reculades"

"Ce ne sont pas des reculades mais des aménagements, une révision intelligente des projets pour réaliser dans les temps et à moindre coût les travaux qui sont vraiment utiles", a expliqué Graziano Delrio. La décision était en discussion depuis plus d'un an, a-t-il précisé, assurant qu'elle n'avait rien à voir avec la récente élection à la mairie de Turin de Chiara Appendino, la candidate du Mouvement 5 étoiles (M5S) fortement opposé au projet.
Le tunnel de 20 km qui devait permettre à la ligne fret de contourner Turin est renvoyé à un avenir lointain et celui de 20,5 km prévu un peu plus en amont n'en fera finalement que 14, avant de renvoyer les trains à haute vitesse sur une vieille ligne peu utilisée qui sera réaménagée.
En revanche, "tout cela n'a rien à voir avec la section transfrontalière qui avance", a assuré Mario Virano, directeur général de Telt, à propos du futur tunnel de base de 57,5 km sous le Mont-Cenis, dans les Alpes. Les galeries de reconnaissance de ce tunnel plus long que celui sous la Manche progressent et les premiers travaux du tunnel principal sont prévus en 2017, a précisé Telt. Son coût est estimé à 8,6 milliards d'euros, financés à 40 % par l'UE, à 35 % par l'Italie et à 25 % par la France. Selon la presse locale, les Italiens avaient prévu en plus des travaux de 4,3 milliards d'euros pour la partie italienne du tracé, mais la modification ramène la facture à 1,7 milliard.
Fortement contesté par les écologistes et des associations locales de part et d'autres de la frontière, qui dénoncent un projet onéreux et néfaste pour l'environnement, le Lyon-Turin doit entrer en service en 2030. Selon des prévisions, la ligne doit mettre Turin à 1 h 56 de Lyon et 3 h 26 de Paris.

AFP

Lundi 4 Juillet 2016



Lu 290 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse