L'OTRE dénonce une décision "scandaleuse"


Suite à la procédure d'infraction lancée par la Commission européenne contre la France, qui prévoit d'imposer à partir du 1er juillet son Smic aux chauffeurs routiers étrangers, l'OTRE dénonce une décision scandaleuse.


© Volvo Trucks
© Volvo Trucks
Comme pour l'Allemagne l'an dernier, Bruxelles s'attaque à "l'application systématique" du salaire minimum dans le transport routier en France. L'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE), l'une des principales fédérations de transport routier en France, a dénoncé une décision "scandaleuse" de la Commission européenne. "Elle intervient à la suite immédiate des déclarations de dix États membres" qui selon l'OTRE "constituent une minorité au regard des 28 États de l'Union et des 11 États qui ont soutenu les démarches de l'État français contre le dumping social. Ils constituent aussi le groupe des principaux caboteurs européens détenant la grande majorité des véhicules en infraction aux règles du transport routier européen". "La commissaire européenne envoie un signe extrêmement négatif aux chefs d'entreprises français dont le marché intérieur est spolié par les transporteurs issus de ces pays", a tonné l'organisation française.
Selon l'Unostra, la FNTR et TLF, cette procédure d’infraction contre la France n'a cependant rien d’étonnant. Mais les transporteurs routiers auraient préféré que "la France attende les conclusions de l'enquête sur l'Allemagne avant de mettre en place un dispositif dont les modalités d'application restent encore très floues". De plus, l'Unostra, la FNTR et TLF se montrent dubitatives quant aux moyens mis en place : "Comment faire pour contrôler des milliers d’opérations de cabotage et de transport international par jour quand on dispose d’un corps de contrôle de faible effectif ? Et surtout, comment être certain d’être en conformité avec la réglementation alors que les documents tels que l’attestation de détachement ne sont toujours pas disponibles à moins de deux semaines de l’entrée en vigueur de la loi ? Peut-être aurait-il fallu appréhender le problème différemment. Penser harmonisation globale plutôt que dispositif national de protection".

AFP

Vendredi 17 Juin 2016



Lu 242 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse