L'OTRE veut lier le financement des infrastructures à la protection du pavillon français


Seule contre tous, l'Organisation des transporteurs routiers européens s'est opposée dès le début contre l'Écotaxe proposée à travers le contrat Écomouv, tout en formulant des propositions alternatives liant le financement des infrastructures de transport à la protection du pavillon français. Sa présidente Aline Mesples mise aujourd'hui sur le groupe de travail créé sous l'égide du Medde pour faire avancer cette approche globale, avec le soutien des autres fédérations professionnelles du secteur.


Aline Mesples, la présidente de l’OTRE, est aujourd’hui suivie  par la majorité de la profession © OTRE
Aline Mesples, la présidente de l’OTRE, est aujourd’hui suivie par la majorité de la profession © OTRE
Au lendemain de la suspension sine die de l'Écotaxe par les pouvoirs publics, l'OTRE d'un côté, l'Union TLF, la FNTR, l'Unostra et la CSD de l'autre, ont annulé leurs actions sur le terrain prévues, initialement, à compter de cette semaine. "Les meilleures grèves sont celles que l'on ne fait pas", déclare Aline Mesples. Pour autant la présidente de l'OTRE en congrès à Paris le 9 octobre, ne considère pas cette suspension comme une victoire. "Nous avons toujours été favorables au financement des infrastructures de transport, qui constituent notre outil de travail, mais à partir d'un dispositif simple, prévisible et acceptable".

"Les meilleures grèves sont celles que l'on ne fait pas"

Associée au groupe de travail créé par le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie avec son secrétariat d'État aux Transports pour concevoir une nouvelle version de la taxe, l'OTRE appelle à une approche plus globale : "les transporteurs français souffrent d'un dumping social".
Ayant abandonné depuis longtemps l'espoir d'une harmonisation à l'échelle européenne, Aline Mesples propose de profiter des prochains travaux sous l'égide du Medde pour protéger le transport routier "made in France". L'une des propositions de l'Organisation qui regroupe des TPE et PME du secteur est de garder les portiques destinés à l'Écotaxe "pour automatiser le contrôle des transporteurs étrangers". En parallèle, les contrôleurs libérés de cette tâche "pourraient mener des contrôles plus fins chez les chargeurs, et sanctionner lourdement ceux qui ne respectent pas les règles en vigueur notamment sur les personnels détachés et le cabotage routier".

Le véritable impact du cabotage

À défaut, l'OTRE se déclare pour une clause de sauvegarde visant à interdire le cabotage sur le territoire français. "Cette interdiction permettrait de connaître le véritable impact du cabotage sur le prix du transport routier en France". Pour Aline Mesples, le groupe de travail doit également aborder le cadre réglementaire appliqué aux véhicules utilitaires de moins de 3,5 tonnes, et les mesures susceptibles à redonner de la souplesse au secteur comme les heures supplémentaires défiscalisées. Quant au financement des infrastructures, l'idée d'une vignette appliquée aux transporteurs étrangers et français mais à un taux différencié, est considérée comme une piste à approfondir. Sans investissement public ni polémique, ce modèle a été adopté outre-Manche en avril 2014. Majoré de façon temporaire, son produit pourrait servir à financer le dédit de 800 millions d'euros dû à Écomouv suite à l'abandon de l'Écotaxe suggère-t-elle.

Vers un front (enfin) uni ?

À travers la défense du modèle français, l'OTRE concède être "insuffisamment entendu à Bruxelles. Nous ne nous sentons pas représentés par l'International Road Union (IRU)". Aussi "la recherche de solutions sur la situation économique et sociale du secteur, notamment le chantier de la compétitivité pour permettre au transport routier français de préserver ses entreprises et ses emplois", évoquée par Ségolène Royal et Alain Vidalies le 9 octobre, suppose-t-elle un front uni entre fédérations professionnelles face à l'Europe. Un chantier ouvert par TLF et FNTR à étendre sans doute à l'OTRE.

Érick Demangeon

Lundi 13 Octobre 2014



Lu 403 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse