L'Opep condamnée à réduire sa production


Désireuse de soutenir les prix du brut, l'Opep va devoir réduire nettement sa production en 2013, sur fond de dégradation de l'économie mondiale et de gonflement de l'offre pétrolière des pays hors du cartel, notamment des États-Unis, estiment des experts.


© Saudi Aramco
© Saudi Aramco
Les douze États membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont décidé mercredi 12 décembre de laisser inchangé le plafond limitant à 30 millions de barils par jour (mbj) leur offre totale. Un plafond fixé il y a un an mais jamais respecté : en novembre, la production de l'Opep représentait 31,2 mbj, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE). L'Arabie saoudite continue de compenser la chute de l'offre iranienne, minée par les sanctions internationales contre Téhéran. Et l'Irak muscle vigoureusement sa production (+ 20 % entre février et novembre) à la faveur de l'essor du secteur pétrolier du pays.
"Pour l'Opep, rien ne poussait à un changement majeur : le marché est bien approvisionné, et les prix du brut restent à des niveaux très confortables" pour les producteurs, oscillant depuis deux mois autour de 110 dollars à Londres, souligne Bill Faren, analyste de Petroleum Policy Intelligence. Cependant, "si les pays de l'Opep interprètent mal les besoins réels du marché et ne réduisent pas leur production en fonction, ils pourraient bien faire face à une chute des prix du baril" sous 100 dollars "dans les prochains mois", mettent en garde les experts du Centre d'études énergétiques mondiales (CGES).
De fait, dans un environnement économique morose, hanté notamment par les difficultés de la zone euro, la consommation mondiale de brut devrait croître faiblement en 2013 (+ 865.000 barils par jour, selon l'AIE). Dans le même temps, la production des pays en dehors de l'Opep, dopée par le boom des hydrocarbures non conventionnels (le pétrole de schiste) aux États-Unis, devrait augmenter de 900.000 barils par jour. Conséquence, la demande pour le brut de l'Opep se contractera à 29,7 mbj l'an prochain selon les prévisions du cartel (1,5 mbj de moins que leur production actuelle). Face à la surabondance d'or noir, les prix pourraient décrocher, au grand dam des pays exportateurs.
"Nous devons revenir aux 30 mbj", a insisté jeudi le secrétaire général de l'Opep, Abdallah El-Badri. Il a exclu une diminution de la production du cartel sous ce niveau "car l'économie mondiale est encore extrêmement fragile", et "nous ne voulons pas bouleverser le marché", a-t-il dit. En réalité, pour Torjorn Kjus, analyste DNB Bank, c'est l'Arabie saoudite, principal producteur du cartel (avec 9,90 mbj), qui devrait surtout "limiter son offre pour équilibrer le marché". L'Irak, vivement mis en cause pour l'envolée récente de sa production, a insisté mercredi que de son côté, il "ne diminuerait jamais son offre". Dans ces conditions, "le respect du plafond devrait rester médiocre, chaque pays ayant intérêt à" maximiser ses revenus, tandis que l'explosion de l'offre pétrolière extérieure à l'Opep contrariera tout effort de sa part pour soutenir le marché, tempère Julian Jessop, de Capital Economics, tablant sur un baril à 85 dollars fin 2013. Déjà, les États-Unis, le Canada et le Mexique pompent davantage de brut que l'Arabie saoudite, l'Irak et l'Iran réunis. Les États-Unis, portés par l'essor du schiste, pourraient même détrôner dès 2017 l'Arabie comme premier producteur de pétrole, estime l'AIE. Néanmoins, "les États-Unis ne seront jamais une nouvelle Arabie saoudite" et cette dernière devrait continuer de jouer les "faiseurs de prix" sur le marché mondial, juge Michael Wittner de la Société générale Soucieuse de la santé économique mondiale, "seule l'Arabie saoudite est prête à dépenser de larges sommes dans l'entretien de capacités de production non utilisées, qui lui permettent de grossir rapidement son offre en cas de demande accrue", ce que ne feraient jamais des compagnies américaines, explique-t-il. "Et seule l'Arabie est désireuse de réduire sa production si nécessaire pour soutenir les cours mondiaux", ajoute-t-il. Précisément ce à quoi elle pourrait se résoudre en 2013.

Julien Girault

Vendredi 14 Décembre 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse