L'Ouganda choisit la Tanzanie pour exporter son pétrole


L'Ouganda, pays enclavé, a choisi de faire transiter sa future production de pétrole brut par un oléoduc traversant la Tanzanie, écartant ainsi un projet concurrent porté par le Kenya.


Le port de Tanga en Tanzanie © TPA
Le port de Tanga en Tanzanie © TPA
"L'oléoduc serait construit depuis Hoima en Ouganda jusqu'au port de Tanga", sur l'océan Indien, dans le Nord de la Tanzanie, a annoncé samedi 23 avril le ministre ougandais des Affaires étrangères, Sam Kutesa. Cette décision vient clore plusieurs années de tractations entre l'Ouganda, la Tanzanie, le Kenya et les sociétés pétrolières impliquées, notamment Total et CNOOC.
Tout commence en 2006 lorsque sont mises au jour d'importantes réserves pétrolières en Ouganda, sur les rives du lac Albert, estimées à 1,7 milliard de barils. Rapidement se pose la question de l'exportation du brut ougandais via un port de la façade Est du continent, sur l'océan Indien.

Jusqu'au port de Tanga

Le Kenya présente alors un important projet d'infrastructures dans le Nord du pays. Le projet "Lapsset" ambitionne de connecter des oléoducs pour transporter le brut éthiopien, sud-soudanais, kényan et ougandais jusqu'à un port entièrement à construire à Lamu. Le projet s'accompagne également d'importantes infrastructures de transport (aéroports, routes et lignes ferroviaires).
Mais les compagnies pétrolières impliquées dans le projet ougandais expriment leur préférence pour un deuxième tracé, toujours au Kenya mais plus au sud, avec pour destination finale le port de Mombasa. Ce tracé est moins cher, environ 4,3 milliards de dollars contre 4,7 milliards de dollars pour l'option Nord.
L'Ouganda semble aussi préférer la solution Mombasa, mais le Kenya insiste sur le tracé Nord par Lamu et s'ensuit un blocage politique qui va contribuer à l'émergence d'une troisième option, tanzanienne cette fois. C'est ce tracé qui a finalement été adopté samedi 23 avril, faisant courir l'oléoduc sur 1.400 km au sud du lac Victoria puis à travers la Tanzanie jusqu'au port de Tanga. Plusieurs raisons expliquent ce choix. "On a pris en compte le fait que l'oléoduc jusqu'à Tanga était le moins coûteux", a expliqué samedi Sam Kutesa. En outre, selon un rapport d'experts ougandais en date du 11 avril, "le port de Tanga en Tanzanie est pleinement opérationnel tandis que celui de Lamu au Kenya doit encore être construit". Les experts mettent également en avant le fait que le port de Tanga est protégé des vents par plusieurs îles au large, ce qui n'est pas le cas de Lamu, faisant craindre des risques pour la navigation de pétroliers aux abords du futur port kényan.

AFP

Lundi 25 Avril 2016



Lu 197 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse