L’accès au crédit se tend pour les transporteurs routiers


Connu pour ses faibles marges, le transport routier est confronté à la frilosité des établissements bancaires. Cette situation est amplifiée par le manque de visibilité économique, l’augmentation des coûts dont de carburant et des défaillances dans le secteur.


«Demande de garanties supplémentaires»

© DR
© DR
Menée avant l'élection présidentielle auprès de 822 entreprises, l’enquête de la FNTR sur le financement des transporteurs routiers montre une détérioration des relations avec leurs établissements bancaires. Cette tension se concrétise par des demandes de garanties supplémentaires, des difficultés à obtenir un crédit ou l’augmentation des taux d’intérêt. Près de 15 % des entreprises signalent même des refus de crédit. En cas de garanties supplémentaires, les établissements financiers utilisent couramment quatre outils qui sont, par ordre d’importance, la caution personnelle, le nantissement, l’hypothèque et la garantie coemprunteur. À noter que plus des deux tiers des transporteurs n’ont à l’inverse pas fait l’objet de demande de garantie de paiement de la part de leurs fournisseurs. Pour les autres, elle est exigée par les fournisseurs de carburant dans la majorité des cas.

Hausse des défaillances

Cette photographie intervient sur fond d’augmentation des défaillances dans le secteur. Au premier trimestre, 605 procédures judiciaires ont ainsi été prononcées par les tribunaux de commerce dont 453 ont débouché sur une liquidation. Recensée par «L’Officiel des transporteurs », cette progression des défaillances a concerné plusieurs entreprises importantes tant en termes de chiffre d’affaires que d’effectif à l’image du Sernam-Aster, des Transports Citra, de Trans Euro Route ou de TLW Leclerc. Globalement, l’enquête de la FNTR souligne que la santé financière de près de 40 % des entreprises est «passable, médiocre ou préoccupante». Sur le premier trimestre, un tiers enregistrent une baisse de leur chiffre d’affaires et de leur résultat net tandis que la moitié s’inquiète d’une dégradation de leur trésorerie. Dans ce contexte, les investissements réalisés en 2012 devraient se limiter au renouvellement du parc comme le déclarent 60 % des transporteurs interrogés.

Érick Demangeon

Lundi 14 Mai 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse