L'accord de Paris dans la réforme du code minier


La politique nationale des ressources et des usages miniers doit respecter notamment l'accord de Paris sur le climat, ont fait ajouter des députés socialistes dans la réforme du code minier.


© SLN
© SLN
L'Assemblée a inscrit dans la nuit de mardi 24 à mercredi 25 janvier le respect de l'accord de Paris sur le climat dans la réforme du code minier. Une inscription dans cette proposition de loi "au moment même où Donald Trump et son administration veulent remettre en cause l'accord de Paris", issu du "travail de beaucoup de gouvernements", et où le président américain a donné "une nouvelle autorisation pour un projet d'oléoduc" gigantesque, a souligné un député socialiste, l'élu de l'Ardèche Pascal Terrasse.

Même objectif que la Cop21

Avec le même objectif au regard de la Cop21, trois élus, l'ancienne ministre de l'Écologie Delphine Batho, Sabine Buis et Pascal Terrasse, ont défendu trois amendements dans ce texte attendu depuis longtemps et promis à un parcours parlementaire interrompu par la fin des travaux fin février avant les élections. Au final, la version de Delphine Batho, privilégiée pour sa rédaction par le président de la commission du Développement durable et rapporteur, Jean-Paul Chanteguet (PS), comme par le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue, a été adoptée et cosignée à trois.
La politique minière devra tenir compte de "la raréfaction des ressources", et traduire "le respect des engagements nationaux et internationaux de la France" conformément au code de l’énergie et à la loi autorisant la ratification de l’accord de Paris, est-il inscrit.
Pour le député LR Martial Saddier, cette inscription dans la loi du respect d'un accord déjà ratifié par le Parlement démontre que "la loi est bavarde" et fait craindre de "s'enfermer dans un accord" pouvant être dépassé par d'autres dans le futur. L'ex-ministre PS de l'Environnement s'est voulu rassurante, invoquant sa rédaction et glissant qu'"on ne peut pas dire que l'accord de Paris est historique et qu'il sera très rapidement dépassé" - dans ce cas, la loi pourrait être modifiée, selon elle.

AFP

Mercredi 25 Janvier 2017



Lu 572 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Octobre 2017 - 14:12 La pollution de l'air régresse en Europe €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse