L'aéroport fantôme espagnol de Castellon revient à la vie


L'aéroport espagnol de Castellon, près de Valence est symbole de la bulle immobilière où pas un seul avion ne s'est posé pendant quatre ans, va enfin recevoir des vols commerciaux cette année, mais d'autres restent encore très sous-exploités.


La capacité d'accueil de l'aéroport de Castellon est de 2 millions de passagers par an © BCE
La capacité d'accueil de l'aéroport de Castellon est de 2 millions de passagers par an © BCE
La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a annoncé mercredi 11 mars qu'elle reliera l'aéroport de Castellon situé à une dizaine de kilomètres de la côte méditerranéenne au nord de Valence à Bristol (sud-ouest de l'Angleterre) et à l'aéroport de Londres-Stansted à compter du mois de septembre. Elle espère transporter jusqu'à 18.000 passagers en 2015 et 61.000 en année pleine. Il en faudra plus pour remplir Castellon, prévu pour accueillir 2 millions de personnes par an. Sa construction avait été décidée avant l'éclatement de la bulle immobilière en 2008 et se justifiait alors, pour ses promoteurs, par la nécessité de desservir un gigantesque ensemble de loisirs, qui n'a finalement jamais vu le jour. Il est en outre situé à une heure seulement de l'aéroport de Valence. Or, ce dernier a accueilli 4,6 millions de passagers en 2014 et n'est pas au maximum de ses capacités.

"Ryanair, première compagnie aérienne à desservir l'aéroport de Castellon"


Castellon aura coûté en tout la bagatelle de 150 millions d'euros, selon les calculs de la presse espagnole, et n'a pas été utilisé pendant plus de quatre ans. Entre son inauguration en grande pompe en mars 2011 et fin 2014, il n'avait pas pu accueillir de vols, faute d'avoir demandé à temps les autorisations nécessaires. La gestion de l'aéroport a entretemps changé de mains. Le groupe canadien SNC-Lavalin a remporté en mai 2014 une concession pour vingt ans. Il est en discussion "avec d'autres acteurs du tourisme, des tour-opérateur ou des compagnies aériennes" pour les faire venir et augmenter le trafic, a indiqué un porte-parole. Il a déjà obtenu en décembre 2014 les certifications nécessaires à la circulation aérienne et a accueilli depuis une poignée de vols privés, ainsi que des clubs de football Villareal Football Club et FC Barcelone.
"Ces deux lignes directes marquent une étape majeure dans le développement de l'aéroport de Castellon, mais également pour l'ensemble du tourisme dans la région de Valence", assure le gestionnaire canadien.

263 passagers en 2014

Castellon n'est pas un cas isolé dans un pays qui a été pris d'une folie de construire au cours de la dernière décennie et s'est doté d'un des réseaux d'aéroports les plus importants d'Europe. D'autres n'ont jamais accueilli de vols ou seulement une poignée, comme celui de Ciudad Real, à 200 km au sud de Madrid, dont la construction a coûté un milliard d'euros. Il a été mis en vente à plusieurs reprises, à moins de 100 millions d'euros, mais ne trouve pas preneur. Celui de Huesca, dans les Pyrénées orientales, n'a vu passer que 263 passagers en 2014. Il a été construit à la va-vite en 2007. Depuis plusieurs années, les seules activités que l'on y rapporte sont liées... à son entretien. Au départ pensée pour la saison de ski, l'infrastructure de cet aéroport, qui a coûté 40 millions d'euros, a pâti des faillites de la compagnie aérienne locale Pyrenair et de l'école de pilotes chinoise Top Fly. Et là encore, elle se situe à moins de 100 km d'un autre aéroport, celui de Saragosse.
Sans aller jusqu'à cet extrême, une quinzaine aéroports appartenant au gestionnaire espagnol Aena, sur un total de 46, ont un trafic annuel inférieur à 100.000 passagers et ne sont pas rentables. Le groupe espère changer la donne grâce à la reprise économique de 2014, après cinq années de récession et de stagnation et un nombre record de 65 millions de touristes étrangers. Les investisseurs y croient et se sont précipités lors de l'introduction en Bourse de 49 % de son capital en février.

Laure Fillon

Jeudi 12 Mars 2015



Lu 126 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse