L'aide à l'Ukraine, un risque minime pour le maïs français


Le risque d'une concurrence déloyale du maïs ukrainien pour la France en cas d'accord de libre-échange avec Kiev, troisième exportateur mondial de la céréale, apparaît minime aux experts, malgré les inquiétudes d'une frange des producteurs français.


L'Ukraine va exporter 19 millions de tonnes de maïs cette année
L'Ukraine va exporter 19 millions de tonnes de maïs cette année
Bien que l'Union européenne soit déjà le premier acheteur du maïs ukrainien, la Coordination rurale, syndicat minoritaire, s'est inquiétée la semaine dernière d'un accord qui ouvrirait "davantage le marché aux produits agricoles ukrainiens", alors que "les problèmes actuels de l'Ukraine ne gênent en rien ses exportations agricoles". De fait, les analystes s'accordent pour dire que l'Ukraine continue à expédier normalement ses denrées agricoles, malgré la crise avec la Russie et la sécession de la Crimée. "Les ports maritimes ukrainiens opèrent comme d'habitude et tous les chargements commandés ont été livrés à temps", soulignait mercredi 26 mars une note de la banque australienne Macquarie.
Début mars, la Commission européenne s'est dite prête à accélérer la signature de l'accord de libre-échange avec l'Ukraine pour aider le pays en plein marasme. Selon Bruxelles, l'accord se traduirait pour Kiev par "des millions d'économies" sur ses exportations, notamment agricoles, via des baisses de tarifs douaniers. L'Union européenne est traditionnellement importatrice de maïs, mais en son sein, la France est généralement exportatrice nette et écoule 90 % de ses exportations dans l'UE. Elle est donc concernée au premier chef par la concurrence ukrainienne, notamment en Espagne.

Droits de douane nuls

Or l'Ukraine va exporter cette année environ 19 millions de tonnes de maïs, "soit plus que la production française de 13 millions de tonnes", s'inquiète la Coordination rurale. Mais les "volumes prévus par l'accord ne semblent pas de nature à bouleverser l'équilibre du bilan communautaire", remarque un observateur avisé des marchés agricoles. En effet, alors que l'UE a déjà importé 7 millions de tonnes de maïs ukrainien cette année, l'accord prévoit d'autoriser l'importation de 400.000 tonnes de maïs sans droits de douanes d'ici le 1er novembre. Le quota augmenterait ensuite jusqu'à 650.000 tonnes sur cinq ans. Surtout, dans les faits, "les droits de douane sont déjà nuls depuis trois ans" car il s'agit de droits flottants indexés sur les cours mondiaux du maïs, souligne Matthieu Caldumbide de l'Association générale des producteurs de maïs (AGPM), branche spécialisée de la FNSEA (syndicat majoritaire).

"Les ports maritimes ukrainiens opèrent comme d'habitude"


Les taxes douanières ne sont appliquées que si les cours du maïs descendent en dessous d'un certain seuil de prix. L'accord que prépare Bruxelles ne ferait donc pas grande différence pour l'instant. "Sur la base des prix d'aujourd'hui, ce n'est pas important", selon Matthieu Caldumbide. Toutefois, "si les prix redescendaient à leur niveau de 2009, là les droits de douane prendraient tout leur sens", prévient-il.
Le poids de l'Ukraine sur le marché du maïs pourrait aussi être à relativiser l'an prochain, car les agriculteurs pourraient consacrer moins de surfaces au maïs. "Avec l'instabilité politique et les difficultés de financement, on craint que les agriculteurs ne privilégient d'autres cultures moins gourmandes en intrants et moins coûteuses à produire", analyse Hélène Morin, responsable de l'international dans le cabinet Agritel. Kiev pourrait donc avoir "moins de maïs à exporter l'an prochain", selon la consultante.

Emmanuelle Michel

Mardi 1 Avril 2014



Lu 68 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse