L'appel à libéraliser le cabotage routier persiste


Le renouvellement des commissaires européens sera-t-il synonyme d'un nouveau cap dans le transport routier de fret ? À la lecture du dernier rapport sur le secteur publié par la Commission, les transporteurs français opposés à la libéralisation du cabotage ont du souci à se faire. Censé passer le relais, il est commenté par Siim Kallas visiblement déçu d'avoir été freiné dans sa volonté d'ouvrir davantage le mode dans l'Union.


Siim Kallas, vice-président de la Commission européenne en charge des transports © Commission européenne
Siim Kallas, vice-président de la Commission européenne en charge des transports © Commission européenne
"Supprimer les restrictions restantes dans le transport routier de marchandises serait une bonne chose pour l'économie européenne et l'environnement". Ce commentaire joint à la publication du dernier rapport de la Commission sur le secteur * donne la tonalité de ses principales recommandations saluées par Siim Kallas. Le vice-président de la Commission en charge des transports appelle la prochaine assemblée européenne à poursuivre "la simplification et la clarification" des règles appliquées à la route. Celles sur le cabotage sont particulièrement visées : "Supprimer les restrictions au cabotage contribuerait à réduire le nombre de trajets à vide car il serait plus facile pour les transporteurs de combiner des chargements et de mettre à profit leurs trajets retour".

"300 milliards d'euros et 600.000 entreprises à l'origine de 3 millions d'emplois"

Pour une économie estimée à 50 millions d'euros par an à l'échelle de l'Europe, on peut légitimement s'interroger sur l'intérêt d'une plus grande ouverture au regard de ses conséquences sociales dans plusieurs États membres dont la France. Un argument que le rapport écarte (un peu vite) au motif qu'en 2011 "les chiffres de l'emploi dans le secteur du transport de marchandises par route de l'UE-27 sont revenus à leur niveau d'avant crise. Par conséquent, aucun élément objectif n'indique que les transports en cabotage, qui représentent un pourcentage très faible du transport national (1 %), aient un impact notable sur l'emploi des chauffeurs routiers". Cette analyse globale ne tient pas compte des situations géographiques... comme en France, État membre le plus caboté en Europe derrière l'Allemagne. Sauf à préciser : "Il semble que les disparités de salaires se réduisent au point d'atténuer le risque de pratiques illicites". La ventilation des coûts de revient des transporteurs de quelques États membres tempère ce constat. Consolidant tous les éléments de rémunération, le poids du poste conducteur est ainsi de 20 % en Pologne contre 56 % au Danemark... ou 38 % en France.

2 % du PIB de l'Union

Compétitivité de l'économie et de la logistique européenne, menace de pénurie de conducteurs, absence d'harmonisation sociale (vers le bas) ou environnement, tous les thèmes cités par la Commission alimentent un réquisitoire en faveur d'une libéralisation du transport routier en Europe. Au-delà, son rapport a le mérite d'actualiser les données statistiques du mode. Avec 1.700 milliards de tonnes-kilomètres, trafic en baisse de 4 % par rapport à 2004, la route concentre 72 % des transports terrestres de l'Union à 27. Deux tiers sont réalisés sur des trajets nationaux contre 33 % à l'international plus 1 % en cabotage. Le chiffre d'affaires annuel du secteur s'élève à 300 milliards d'euros, soit 2 % du PIB de l'Union où l'on dénombre environ 600.000 entreprises de transport routier qui emploient 3 millions de personnes. Enfin, 20 % des camions circuleraient à vide, ce taux atteindrait 25 % en transport national... et justifierait à lui seul d'ouvrir le cabotage selon la Commission.

Érick Demangeon

Lundi 2 Juin 2014



Lu 150 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse