«L'attitude d'anticipation des armateurs»


«L'attitude que les armateurs adoptent est une affaire d'anticipation. L'année s'achève difficilement et 2012 s'annonce mal», a estimé le président d'Armateurs de France, Christian Garin, commentant la note de conjoncture annuelle de PricewaterhouseCoopers (PWC) lors de la présentation du «baromètre 2011 de l'économie maritime» (voir "L'Antenne" du 2 décembre) à l'occasion des 7e Assises de l'économie maritime et du littoral à Dunkerque.


© LDA
© LDA
Selon M. Garin, entre 2009 et 2010, le secteur du conteneur est passé «d'une année de contraction à une année de rattrapage». Il rappelle qu'entre les deux exercices, les taux de fret moyens ont progressé, passant de 600 dollars à 2.200 dollars et au-delà et que cette tendance à la hausse s'est poursuivie jusqu'au milieu de l'année en cours jusqu'à ce que la contraction des volumes survienne. À ses yeux, les armateurs sont toujours guidés par la même attitude : la volonté d'anticiper. Selon lui, cette stratégie est toujours très difficile.
Ainsi, les premières commandes concernant des unités cellularisées de 18.000 EVP correspondent, à ses yeux, au souhait de "voir diminuer les coûts d'exploitation". Mais l'année en cours s'achève dans un contexte de surcapacité et donc de nouvelle baisse des taux de fret.
Dans le secteur des vracs secs, le président d'Armateurs de France estime que le marché a enregistré une "bonne tenue" mais qu'il connaît, depuis, un ralentissement. Du côté du transport pétrolier, Christian Garin (spécialiste du secteur puisqu'il est également vice-président de l'armement Sea-Tankers) juge que le marché de l'affrètement, dominé par des VLCC de 280.000 tonnes, a fait «le yoyo jusqu'à 2.000 dollars par jour». Mais il souligne qu'aujourd'hui, en Europe, on importe moins de pétrole brut.
Le président d'Armateurs de France est persuadé que la crise actuelle devrait s'étaler sur «une période relativement longue».
Interrogé sur le Registre international français (Rif), il estime que ce registre bis national a remporté plus de succès dans l'offshore et les unités de service que dans les autres secteurs. À ses yeux, il n'est donc pas plus important que l'ex-pavillon des Taaf (Terres australes et antarctiques françaises) en nombre de navires mais «représente un bond colossal en valeur». Et de rappeler que l'aide accordée par l'État s'élève à 100 millions d'euros.

Vincent Calabrèse

Vendredi 2 Décembre 2011





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse