L'attribution du port d'Abidjan à Bolloré est remise en cause


Le ministre ivoirien du Commerce, Jean-Louis Billon, a remis en cause l'attribution au groupe français Bolloré de la concession du deuxième terminal à conteneurs d'Abidjan, dans un entretien à l'hebdomadaire français "Le Nouvel Observateur" publié jeudi 6 juin.


© Bolloré Africa Logistics
© Bolloré Africa Logistics
Un ministre ivoirien remet en cause l'attribution du port d'Abidjan à Bolloré. Le port d'Abidjan avait annoncé le 23 mars qu'un consortium comprenant le groupement APM terminal du groupe Maersk (Danemark) et les groupes français Bolloré Africa Logistics et Bouygues travaux publics avait obtenu la concession de la réalisation et de l'exploitation d'un second terminal conteneurisé au port d'Abidjan, leader en Afrique de l'Ouest. La fin des travaux du nouveau terminal est prévue pour 2016. Le groupe Bolloré, spécialisé dans la logistique portuaire et ferroviaire en Côte d'Ivoire, gérait déjà depuis 2004 un premier terminal à conteneurs du port d'Abidjan.
"L'idée de départ était d'ouvrir à la concurrence le port d'Abidjan et on finit avec un super-monopole multiplié par deux. Ce n'est pas une bonne chose pour notre économie. On aurait voulu brider l'économie ivoirienne, on ne s'y serait pas pris autrement. C'est une situation que je regrette profondément", a affirmé le ministre ivoirien du Commerce, Jean-Louis Billon.

Le projet le moins cher

Bolloré Africa Logistics a indiqué jeudi 6 juin que son projet avait présenté "les prix les plus bas par rapport aux concurrents" et était également le plus ambitieux en termes de développement de la place portuaire. Il a ajouté que son groupement l'avait emporté à l'issue d'un "appel d'offres international exigeant et transparent sous le contrôle d'un cabinet de conseil spécialisé". Bolloré affirme que Jean-Louis Billon, le ministre qui a critiqué ce choix "est actionnaire de la société Movis, que dirige son frère et qui est arrivée en dernière position de l'appel d'offres pour le second terminal à conteneurs d'Abidjan".

"On finit avec un super-monopole multiplié par deux"


Dans l'hebdomadaire, Jean-Louis Billon souligne que "à ses yeux, Bolloré n'aurait même pas dû être admis dans la compétition car l'appel d'offres prévoyait très clairement une mise en concurrence entre les deux terminaux". "Pour nous qui nous battons pour attirer le maximum d'investisseurs en Côte d'Ivoire, ce n'est pas un bon exemple, comme s'il n'y avait pas de place pour de nouveaux opérateurs", a jugé le ministre ivoirien. "Je ne serais pas surpris si demain on me disait qu'il y a eu des problèmes de gouvernance dans l'attribution du second terminal", a précisé Jean-Louis Billon, sans aller jusqu'à évoquer l'hypothèse d'une corruption. "C'est déjà bien que Bolloré ait pu conserver le premier terminal, obtenu dans des conditions obscures en 2004", a-t-il jugé.
À l'époque, la Côte d'Ivoire était dirigée par Laurent Gbagbo, vaincu à la présidentielle de novembre 2010 par Alassane Ouattara, actuel président ivoirien. Le port d'Abidjan, principal débouché pour plusieurs pays enclavés d'Afrique de l'Ouest, avait été délaissé par ses utilisateurs pendant la meurtrière crise postélectorale de fin 2010 à avril 2011, après avoir fait l'objet d'un embargo de l'Union européenne. Pour 2012, le port prévoit un trafic de 24 millions de tonnes en hausse de 43 % par rapport à 2011, en raison d'un retour à une croissance forte du PIB projeté à 8,5 % contre - 5 % en 2011. Le groupe Bolloré emploie en Côte d'Ivoire 5.000 personnes directement, opérant dans la logistique portuaire, ferroviaire et le chantier naval.

AFP

Vendredi 7 Juin 2013



Lu 362 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse