L’économie bleue, un atout sous-exploité en Nouvelle-Calédonie


La Nouvelle-Calédonie possède la deuxième plus vaste Zone économique exclusive de l’Outre-Mer français, mais elle la sous-exploite, selon une étude de l’Institut d’émission d’Outre-Mer.


En Nouvelle-Calédonie, la croisière a affiché l’an dernier une progression de 5,3 % © Pierre-Alain Pantz
En Nouvelle-Calédonie, la croisière a affiché l’an dernier une progression de 5,3 % © Pierre-Alain Pantz
L’économie bleue est un atout sous-exploité en Nouvelle-Calédonie, selon l’Institut d’émission d’Outre-Mer (IEOM). "Au regard de son potentiel, la Zone économique exclusive (ZEE), qui couvre 1,4 million de km2, reste sous-développée", a expliqué Louise Abellard, la responsable de cette étude, vendredi 1er avril. L’économie maritime, ou économie bleue, ne représente en effet que 2 % de l’emploi salarié calédonien, 3 % des entreprises et 1,5%  des exportations, loin derrière le nickel (92,1 %).
Ce secteur, qui regroupe des activités aussi diverses que l’exploitation des produits de la mer, la construction et la réparation navale, le transport des marchandises et des passagers ainsi que les activités portuaires, pourrait, selon l’IEOM, offrir des nouvelles sources de croissance à l’heure où la Nouvelle-Calédonie, durement touchée par la crise du nickel, cherche à diversifier son économie.
Parmi elles, le tourisme de croisière, qui a affiché l’an dernier une progression de 5,3 % par rapport à 2014 avec 444.000 excursionnistes, presque dix fois plus qu’en 2000. Ou bien encore les travaux de recherche et développement soutenus par l’Ifremer, l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et l’Université de la Nouvelle-Calédonie.

Cluster maritime calédonien

Le Cluster maritime calédonien, créé en août 2014, compte à ce jour 58 membres. L’une des recherches les plus prometteuses concerne les microalgues capables de fixer le CO2, de bloquer les UV et de servir d’aliments pour la filière crevette.
"Il y a des volontés, des initiatives autour du cluster, mais cela ne suffit pas", selon Matthieu Morando, responsable du service des études de l’IEOM pointant la complexité de l’organisation institutionnelle calédonienne. La compétence de l’économie bleue est répartie entre six membres du gouvernement et la gestion de l’espace maritime relève conjointement des communes, des ports, des provinces, de la Nouvelle-Calédonie et de l’État.

AFP

Lundi 4 Avril 2016



Lu 749 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse