L'élargissement du canal de Panama dans sa dernière phase


Les travaux d'élargissement du canal de Panama, qui ouvrira une nouvelle voie navigable en 2015, viennent d'entrer dans leur dernière phase à un an du centenaire de cette route maritime interocéanique par laquelle transite 5 % du commerce mondial.


© Impregilo
© Impregilo
L'élargissement du canal de Panama est désormais dans sa dernière phase, à un an de son centenaire. Ce chantier pharaonique, lancé en 2009 pour un investissement de quelque 5,25 milliards de dollars (environ 4,2 milliards d'euros), permettra à terme le passage des navires post-panamax. Ces navires de 400 mètres de long et 50 mètres de large, qui transportent 12.000 conteneurs (au lieu des 5.000 au maximum aujourd'hui autorisés sur le canal), constituent 30 % de la flotte mondiale et leur nombre continue de croître. Les administrateurs visent ainsi à attirer notamment les transporteurs de produits à risques, tels que les combustibles, aujourd'hui contraints de contourner le continent via le cap Horn, dont la traversée est souvent agitée.

Mise en service en juillet 2015

Il y aura "de nouvelles opportunités, comme le passage de charbon et de gaz naturel liquide. Ce sont les deux principaux domaines de nouvelles opportunités", explique Jorge Quijano, administrateur de cette voie de 80 km inaugurée en 1914 et dont le contrôle a été cédé par les États-Unis au Panama le 31 décembre 1999. Selon lui, la voie élargie permettra d'ouvrir, dans des conditions compétitives, le marché asiatique au charbon colombien et au gaz naturel liquide du Venezuela, de Trinidad et Tobago et du golfe du Mexique. Jorge Quijano table sur une mise en service de la voie élargie en juillet 2015.
Le cahier des charges des travaux prévoit notamment le percement d'une troisième voie d'eau, l'élévation du niveau du lac Gatun, l'élargissement des voies d'accès, le creusement du lit du canal et la construction de nouvelles écluses sur trois niveaux. Cette semaine, quatre des seize portes géantes de ces écluses, de fabrication italienne, ont été reçues par le Panama, marquant le début de la dernière phase des travaux. Elles permettront d'élever les gros porte-conteneurs de 27 mètres au-dessus du niveau de la mer, puis de les remettre à flots après avoir traversé l'Amérique centrale. "Ces travaux vont bouleverser l'industrie maritime internationale", a assuré mardi 20 août le président panaméen, Ricardo Martinelli, lors de la cérémonie de réception des portes.

"Ces travaux vont bouleverser l'industrie maritime internationale"


Ce dernier ne sera toutefois pas en mesure de réaliser son souhait d'inaugurer la voie élargie en 2014, année du centenaire du canal. Car une grève en janvier 2012 puis un désaccord survenu la même année entre l'Autorité du canal de Panama (ACP) et le consortium international UPC, chargé de construire les écluses, ont significativement freiné l'avancée les travaux. La dispute portait sur la qualité du ciment utilisé, jugée mauvaise par les autorités du canal. Le consortium - qui regroupe les sociétés espagnole Sacyr, italienne Impregilo, belge Jan de Nul et panaméenne Constructora Urbana - a fini par céder mais réclame un règlement additionnel de 573 millions de dollars (environ 465 millions d'euros) à l'ACP pour amortir les dépenses liées à l'utilisation d'un ciment plus coûteux et à l'accélération des travaux pour tenter de combler, au moins en partie, le retard accusé.
Lors de l'exercice fiscal 2012, plus de 330 millions de tonnes de marchandises ont traversé le canal. Les clients principaux furent les États-Unis (143 millions de tonnes), la Chine (53), le Chili (28) et le Japon (22). Les principales routes commerciales empruntant le canal sont celles reliant la côte est des États-Unis au Pérou, Chili et Asie, et celle entre l'Europe et la côte Pacifique des États-Unis. Ces dernières années, plusieurs projets concurrents tels que des voies ferrées Atlantique-Pacifique en Colombie et au Honduras, ainsi qu'un canal interocéanique au Nicaragua ont été lancés, mais les autorités panaméennes affirment ne pas craindre la concurrence. "Le canal de Panama continue d'avoir un impact positif 99 ans après son ouverture et son élargissement commence à poser les bases du futur de la voie interocéanique pour les 100 prochaines années", a assuré cette semaine Roberto Roy, ministre délégué au Canal. Les activités liées au canal génèrent plusieurs dizaines de milliers d'emplois et apportent aux caisses de l'État 960 millions de dollars annuels, soit environ 10 % de ses revenus fiscaux.


AFP

Vendredi 23 Août 2013



Lu 1333 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse