L'emploi maritime résiste à la crise


À la veille des Assises de l'économie de la mer organisées à Nantes, Agefos-PME a dressé un panorama de l'emploi maritime. Il confirme la stabilité du secteur tant en nombre d'établissements qu'en effectif, ainsi que la part importante de TPE. Vieillissement de la pyramide des âges dans les ports, difficultés à recruter et complexité de la formation professionnelle sont les enseignements de ce baromètre 2014.


© GPMM
© GPMM
Sur le périmètre étudié*, force est de constater que l'économie maritime traverse la crise avec robustesse. Depuis 2008, ses 5.500 établissements environ ont ainsi préservé leurs 102.800 emplois, dont 37 % actifs dans l'industrie navale et nautique et 23 % dans les ports de commerce, devant le transport maritime et le secteur de la pêche et des cultures marines (19 % chacun). Vérifiée au cours des six dernières années, cette stabilité devrait se confirmer puisque 58 % des établissements sondés ne prévoient aucun recrutement à court terme, et 74 % aucun licenciement non plus. Toutes activités confondues, l'économie maritime se compose à 83 % de TPE de moins de dix salariés. Avec plus de la moitié des établissements recensés, la pêche et les cultures marines comptent 94 % de ces TPE "en raison notamment d'une prédominance des navires de petite taille", commente Agefos. Ailleurs comme dans les ports de commerce (57 %), le transport maritime (65 %) ou la manutention portuaire (44 %), la proportion des TPE est sensiblement plus faible. Au plan géographique enfin, Bretagne (25 %), Poitou-Charente (13 %) et Paca (12 %) concentrent la moitié des établissements.   

Vieillissement des effectifs dans les ports

À 21 %, la part des emplois féminins est stable et très inférieure à la moyenne nationale (49 %). "Il apparaît toutefois qu'à des postes de responsabilité et dans les fonctions transverses, les femmes sont relativement bien représentées". Autre indicateur, la proportion de jeunes salariés de moins de 25 ans y est également inférieure (13 %)  par rapport à la moyenne nationale (17 %). Deux secteurs semblent davantage en souffrir : les ports de commerce à travers leurs activités de manutention, et de plaisance. "Avec près de 40 % des effectifs salariés âgés de 45 ans et plus, les ports de commerce seront progressivement confrontés à une problématique de passerelles professionnelles à mettre en place pour les métiers exposés à une contrainte physique marquée, et à renforcer les mesures pour prévenir la pénibilité au travail".

Difficulté à recruter

À hauteur de 9 %, le taux des salariés dont l'ancienneté est inférieure à un an est plus faible que dans l'ensemble de la population active (11 %), pouvant traduire un recrutement moins dynamique qu'ailleurs. Or, les établissements "manifestent régulièrement des difficultés à recruter".

"L'économie maritime emploie près de 103.000 personnes"


Pourvoyeuse d'emplois stables, le CDI est à 76 % la forme de contrat la plus répandue dans l'économie maritime avec des exceptions dans les filières qui recourent aux saisonniers comme la pêche et les ports de plaisance. Le temps plein y est également la norme (92 %, 98 % dans les ports de commerce !). Quant aux catégories socioprofessionnelles, la part des ouvriers augmente de trois points pour se hisser à 41 % des effectifs, soit le double de la moyenne nationale, portée par l'industrie navale et nautique, la pêche et les ports de commerce.

Formation professionnelle à simplifier

Paradoxe, le nombre de cadres y est en parallèle supérieur (20 % contre 17 % en France) boosté par le transport maritime (29 %), les ports de commerce (27 %), les industries navales et nautiques (23 %). Ce grand écart se vérifie aussi à travers l'hétérogénéité des qualifications : 40 % des effectifs possédant un niveau équivalent au brevet des collèges ou inférieur. Aussi la formation professionnelle y est-elle considérée comme un "outil stratégique au développement des compétences et de la compétitivité des entreprises, d'aide à la reconversion et un facilitateur de mobilité," souligne Agefos. Un levier mal optimisé, selon le sondage, puisque les entreprises relèvent "la complexité du système de formation professionnelle, difficile à appréhender", notamment dans les TPE "où se passer d'un salarié durant un laps de temps, même de courte durée, s'avère compliqué". 

* Pêche et cultures marines, ports de commerce, transport maritime, industries navales et nautiques, ports de plaisance élargi pour l'enquête d'opinions aux secteurs de l'environnement, services et conseil, énergies maritimes renouvelables et offshores. Un volet du baromètre est également consacré à la Marine nationale
 

Érick Demangeon

Mardi 2 Décembre 2014



Lu 1258 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse