L’espoir d’une inter-ministérialité maritime forte


En congrès à Paris, la Fédération française des pilotes maritimes suit avec attention les périmètres des nouveaux ministères, et déplore l’absence de référence à la mer pour l’heure. Favorables au maintien du régime Enim, les stations renforcent leurs actions de formation en matière de sûreté-sécurité.


Opération de pilotage à l'entrée des bassins de Fos-sur-Mer © FFPM
Opération de pilotage à l'entrée des bassins de Fos-sur-Mer © FFPM
Comme d’autres avant elle dans la filière maritime tels que le Cluster maritime français, le Groupement des industries et activités de construction navale ou Armateurs de France, la FFPM "regrette l’absence de référence à la mer" au sein des ministères créés par le nouveau gouvernement.

Jean-Philippe Casanova, président de la Fédération française des pilotes maritimes © Érick Demangeon
Jean-Philippe Casanova, président de la Fédération française des pilotes maritimes © Érick Demangeon
Son président, Jean-Philippe Casanova, ne doute pas en revanche que cette absence "sera compensée par une inter-ministérialité puissante pilotée par le Secrétariat général de la mer placé sous l’égide du Premier ministre", ainsi que par "le renforcement du Comité France Maritime". Renouvelant leur appel en faveur des investissements dans les ports décentralisés, les 331 pilotes membres de la fédération ont connu une activité stable l’an passé. "Avec 100.120 navires pilotés, nous enregistrons une légère progression de 0,3 % malgré les grèves du printemps 2016". Cette évolution cache cependant une nouvelle baisse de 0,6 % des opérations en métropole (près de 87.000 navires pilotés). "Elle est due au repli des trafics d’hydrocarbures. L'effet a été amplifié en 2016 par la chute des flux céréaliers que la croissance des croisières et des conteneurs n’a pu compenser". Outre-mer, le nombre de navires pilotés progresse en revanche de 6,7 %. Hors pilotage hauturier, le volume traité par les pilotes s’établit à 4,4 milliards de m3 avec un volume moyen de 45.000 m3 (46.900 m3 dans les GPM et 30.400 m3 dans les autres ports).

Pour le maintien du régime Enim

Si la vigilance est toujours de mise, l’année 2017 marque la fin de la bataille autour du règlement sur les services portuaires. Sa publication le 3 mars 2017 "confirme la reconnaissance, pour des raisons de sécurité maritime, de la nécessité de maintenir l’exercice du pilotage maritime en dehors de toute contingence économique et de concurrence". Les dossiers sur la table de la FFPM sont plus nationaux et concernent l’application de la loi sur l’économie bleue. "La réforme du rôle de l’équipage avec l’apparition du permis d’armement et la suppression de la notion de rôle collectif" est suivie avec attention. L’article 46 de la loi impose en outre au Conseil supérieur des gens de mer "de rédiger un rapport sur le régime de protection sociale des marins (Enim)". À l’intérieur, les pilotes se sont prononcés en faveur de son maintien : "Il contribue à des enjeux économiques et sociaux importants pour l’économie bleue de notre pays et les acteurs du monde maritime, soit près de 9.000 entreprises très diverses, leurs salariés et non-salariés, leurs ayant-droits et pensionnés".

Enjeux de formation

Le 103e congrès de la FFPM du 16 au 18 mai à Paris a abordé enfin plusieurs sujets de sûreté et sécurité portuaires. L’occasion de rappeler les échanges entre le pilotage et la gendarmerie maritime dans le but "d’améliorer la protection contre les menaces terroristes et d’intensifier la lutte contre le trafics de substances illicites". Dans ce cadre, les pilotes reçoivent actuellement des formations sur la détection de signaux et comportements anormaux.

"La baisse des trafics pétroliers et céréaliers pèse sur l’activité du pilotage en métropole"


L’augmentation de la taille des navires est une autre priorité de la formation continue des pilotes consacrée à la gestion des risques. Cette dernière est au cœur des stages Bridge Ressources Management (BRM) mis en place dans les stations depuis les années 2000 conformément à la recommandation OMI A 960. "Ces formations ont évolué pour intégrer progressivement le facteur humain en particulier par le biais d’entraînement sur simulateur de manœuvre et la mise en œuvre de parades aux accidents générés par l’erreur humaine". Quant aux velléités de navires autonomes, Jean-Philippe Casanova manifeste sa plus grande prudence face aux risques liés à la cybersécurité, la fiabilité des navires et à la réduction du vivier de navigants…

Érick Demangeon

Vendredi 19 Mai 2017



Lu 884 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 24 Mai 2017 - 15:27 Première escale au Havre du "Mol Triumph"


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse