L'essor du GNL change le visage du marché du gaz


Le GNL représente une part croissante du secteur gazier, contribuant à rendre plus mondialisé, plus flexible mais aussi plus volatil un marché jusque-là dominé par les relations bilatérales de long terme dictées par les gazoducs.


Le GNL commence aussi à être utilisé dans le transport routier © VLNG
Le GNL commence aussi à être utilisé dans le transport routier © VLNG
Le commerce du gaz naturel liquéfié (GNL) - du méthane porté à très basse température pour le faire passer à l'état liquide et en réduire le volume, et ainsi pouvoir le transporter par méthaniers - existe depuis cinquante ans, mais son essor date seulement des années 90, grâce à des progrès technologiques. Ces quinze dernières années, les volumes échangés ont plus que doublé, passant de 100 millions de tonnes en 2000 à 244 millions en 2014, tirés notamment par la demande asiatique, qui représente aujourd'hui près de 60 % du marché. Et ils devraient atteindre 370 millions de tonnes en 2020, selon le cabinet IHS. Le GNL devrait ainsi croître en moyenne de 4 % par an, deux fois plus vite que la consommation mondiale de gaz.
"D'après nos prévisions, le GNL va dépasser le gaz en réseau d'ici 2035", a même estimé mardi 2 juin Bob Dudley, le directeur général du géant britannique BP, lors du Congrès mondial du gaz à Paris. "Le GNL a deux grands intérêts. Il permet de transporter du gaz sur de très longues distances plutôt que de construire des tuyaux sur des dizaines de milliers de kilomètres. Second avantage, sa flexibilité en termes de destinations. Nous pouvons réorienter des navires en fonction des demandes sur l'ensemble de la planète, ce qui est impossible pour les gazoducs", explique Laurent Vivier, directeur stratégie marchés et GNL de la division gaz et électricité de Total.

Nouveaux usages dans le fret

Après l'accident de Fukushima et la mise à l'arrêt de l'ensemble du parc nucléaire japonais, de nombreuses cargaisons initialement destinées aux États-Unis ont ainsi été déviées vers le Japon. Et, à côté des traditionnels contrats d'approvisionnement de long terme indexés sur les prix du pétrole, les achats dit "spot" (au comptant), plus flexibles, mais aux cours plus volatils, se développent. La demande de GNL est aussi tirée par de nouveaux usages dans le fret, en particulier maritime, où une nouvelle directive européenne réduit drastiquement les émissions de soufre autorisées. Il commence aussi à être utilisé dans le transport routier, où il pourrait "remettre en question la domination du pétrole" d'ici 2030, selon une étude d'IHS publiée mercredi 3 juin.

Une hiérarchie bousculée

Ce marché, aujourd'hui très morcelé, va vers une intégration et une mondialisation croissante. De 12 pays producteurs de GNL, on devrait passer à 21 en 2020, et de 11 pays importateurs, à 42. De quoi bousculer la hiérarchie mondiale, aujourd'hui dominée par le Qatar côté producteurs, et le Japon, devant la Corée du Sud, côté importateurs.
Côté exportations, les acteurs à suivre sont la Russie, avec le mégaprojet Yamal LNG dans les glaces sibériennes (développé par Novatek, Total et CNPC) ; les États-Unis, où le boom du gaz de schiste conduit à reconvertir pour l'export des terminaux d'importation; et l'Australie, avec la plateforme flottante Prelude (Shell) et les complexes d'Ichthys (Total et Inpex) et Gladstone (à partir de gaz de charbon, mené par Santos, Petronas, Total et Kogas). Ils seront peut-être rejoints, à partir de 2020, par l'Afrique de l'Est.
Chez les consommateurs, la Chine devrait, d'ici quelques années, dépasser le Japon. "La Chine a aujourd'hui sept terminaux méthaniers, et sept autres en construction, alors qu'elle n'en avait pas il y a dix ans", souligne Jérôme Ferrier, président de l'Union française du gaz.
À moyen terme, "la baisse des prix du pétrole pourrait avoir un impact majeur sur la production de gaz et les investissements en infrastructures", prévient toutefois l'Agence internationale de l'énergie, dans un rapport publié jeudi 4 juin. À l'heure où les compagnies doivent faire des économies, "en raison de la lourdeur des investissements nécessaires et de la longue durée des projets, les projets GNL sont une cible facile", souligne-t-elle. Si, dans les deux années à venir, la poursuite des projets déjà lancés se traduira par un afflux d'offre sur le marché, au-delà, "si le faible niveau actuel des prix persiste, les marchés du GNL pourraient se tendre sensiblement di'ici 2020", estime l'organisation.

Les prix du GNL pourraient continuer à baisser en 2015

Les prix du gaz naturel liquéfié (GNL), orientés à la baisse l'an dernier sous l'effet notamment de la baisse des cours du pétrole, pourraient continuer à se replier cette année, a estimé mercredi 3 juin l'Union internationale du gaz, dans son rapport annuel sur le secteur. "Le prix du Brent étant tombé sous les 50 dollars le baril en janvier 2015, contre plus de 100 dollars en août 2014, les prix du GNL pour les contrats à long terme indexés sur le pétrole devraient reculer sensiblement", note l'UIG. Le prix des contrats à long terme présente en effet en général un décalage "de quatre mois en moyenne" par rapport à l'évolution du pétrole, ajoute-t-elle dans son rapport, présenté à l'occasion du Congrès mondial du gaz organisé cette semaine à Paris.
L'afflux d'offre en provenance de la région du Pacifique, avec l'entrée en production de nouveaux projets, "pourrait avoir un impact supplémentaire sur les prix", à moins que des interruptions prolongées d'autres installations ne viennent contrebalancer cette offre supplémentaire, analyse l'UIG, qui rassemble 91 pays producteurs ou consommateurs de gaz.
La suspension en avril des opérations de Yemen LNG, du fait de l'aggravation des combats dans la région, et la fermeture en janvier de Snohvit LNG, exploité par Statoil au large de la Norvège, en raison d'une fuite, "ont servi à rappeler que de telles interruptions pouvaient se produire", souligne l'organisation.
En 2014, sur ce marché encore très morcelé géographiquement, les prix au comptant (spot) au Japon - les plus liés au cours du pétrole - ont chuté de plus de 30 %, à environ 11 dollars par million de BTU (British thermal unit, l'unité de référence). Ceux du marché spot britannique ont reculé de 33 % à 8 dollars et les prix aux États-Unis, très inférieurs en raison du boom du gaz de schiste, sont passés d'environ 5 à 4 dollars.
Les volumes de GNL échangés ont eux augmenté de 1,8 % l'an dernier, à 241,1 millions de tonnes, soit la deuxième meilleure performance depuis le pic de 241,5 millions de tonnes atteint en 2011, a souligné l'UIG. À plus long terme, selon le cabinet IHS, le marché du GNL devrait croître en moyenne de 4 % par an d'ici 2025, soit deux fois plus vite que le marché global du gaz.

Amélie Baubeau

Jeudi 4 Juin 2015



Lu 164 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse