L'ex-patron de DSME condamné à dix ans de prison



Ko Jae-Ho, ancien patron de DSME © Maersk
Ko Jae-Ho, ancien patron de DSME © Maersk
L'ancien patron de Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering (DSME), l'un des trois plus grands chantiers navals de Corée du Sud, a été condamné mercredi 18 janvier à dix ans de prison pour manipulation de résultats. Il s'agit d'une des peines les plus lourdes imposées en Corée du Sud à un dirigeant d'entreprise pour une infraction en lien avec la conduite de ses affaires. La condamnation de Ko Jae-Ho est l'illustration parfaite de la débandade de Daewoo, qui fut naguère un des plus grands conglomérats du pays. En proie à des difficultés financières, il avait été dissous à la fin des années 1990 en plusieurs entités. Le chantier naval était la plus importantes de celles-ci portant toujours le nom de Daewoo. Avec ses concurrents sud-coréens Hyundai Heavy Industries et Samsung Heavy Industries, DSME a dominé pendant plus de dix ans le marché mondial de la construction navale. Mais le ralentissement économique mondial couplé à la dégringolade des cours du pétrole ont sapé la demande en pétroliers et en porte-conteneurs. Parallèlement, la concurrence régionale, en particulier avec la Chine, et les surcapacités ont réduit les marges de rentabilité. Le tribunal du district central de Séoul a déclaré mercredi Ko Jae-Ho coupable d'avoir manipulé les résultats financiers de son groupe en 2013 et 2014 - quand il en était le PDG - afin d'obtenir des prêts bancaires. "L'accusé était conscient de fraudes comptables massives mais ne les a pas corrigées", a indiqué le tribunal. "Son intention frauduleuse est suffisamment caractérisée, et il est aussi coupable de ne pas avoir redressé" la situation. La révélation de la fraude avait entraîné la dégradation de la note du groupe, son plongeon boursier et de lourdes pertes pour ses actionnaires. Des commissaires aux comptes avaient demandé en janvier 2016 au parquet d'ouvrir une enquête. Plus de 400 actionnaires avaient également porté plainte contre la société, réclamant 21 millions de dollars de dédommagements. Le constructeur est accusé d'avoir sous-évalué ses pertes pour 2013 et 2014 de 2 milliards de dollars, et d'avoir reporté cette somme sur le bilan 2015. En 2015, DSME a annoncé des pertes nettes de 4,4 milliards de dollars, soit six fois plus que l'année précédente. "L'ampleur de la fraude est énorme", a estimé le tribunal. Un ex-vice-président du groupe a été condamné à sept ans de prison. La Korea Development Bank (KDB) - le plus gros actionnaire du chantier naval - et la Export-Import Bank avaient annoncé en novembre l'injection de l'équivalent de 2,4 milliards de dollars dans DSME.

AFP

Jeudi 19 Janvier 2017



Lu 494 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse