L'île du Giglio pressée de voir partir le "Concordia"



© Costa Crociere
© Costa Crociere
À la veille de la reprise du procès contre l'ex-commandant Francesco Schettino, les habitants de l'île du Giglio s'inquiètent de voir la silhouette massive du "Costa Concordia" s'éterniser sur leur rivage, un an et demi après le naufrage du paquebot. Des centaines de techniciens et ingénieurs s'affairent autour de l'épave qui gît toujours sur son flanc droit, à quelques mètres du bord. Leur objectif est de la redresser en septembre puis de la remorquer, avant les tempêtes d'automne, vers un port où elle sera démantelée. Sur la petite plage et les rochers qui font face à la carcasse de 290 mètres de long entourée d'énormes grues et d'un hôtel flottant pour les plongeurs, les touristes bronzent ou se baignent dans l'eau cristalline, indifférents au chantier érigé pour réaliser cette prouesse sans précédent.
Pour les 1.400 résidents et le maire, la vue du "Costa Concordia" dont le naufrage avait fait trente-deux morts le 13 janvier 2012, continue en revanche d'être un spectacle aussi désolant qu'inquiétant, surtout que la coque, désormais surmontée d'énormes caissons flottants, se rouille à vue d'œil. "Nous sommes fâchés et déçus, on nous avait dit que cela aurait été terminé en septembre de l'an passé, puis en mai de cette année puis maintenant en septembre prochain et il faudra voir si ça se confirme", lance Speranza Felicita, qui gère une boutique dans le petit port. Le maire, Sergio Ortelli, dit avoir reçu des assurances de l'armateur Costa Crociere, selon lequel les préparatifs sont "presque terminés" et "il sera possible de le redresser en septembre". Il resterait seulement à accrocher des caissons sur le côté et à placer des sacs de ciment sous le navire. Mais des doutes ont émergé quant à de nouveaux retards quand le chef de la protection civile, Franco Gabrielli, qui supervise les opérations pour le gouvernement, a récemment exigé des garanties sur le fait que le navire ne se brisera pas pendant la délicate manœuvre, déversant dans la réserve naturelle qu'est le Giglio, des tonnes d'eau polluée par la nourriture, les produits d'entretien etc. que transportait le navire.

Ella Ide

Jeudi 18 Juillet 2013



Lu 88 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Novembre 2016 - 13:54 Nigeria : négociations entre gouvernement et rebelles €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse