L'imbroglio juridique de l'"Erika" pourrait-il se reproduire ?


L'imbroglio juridique entourant le dossier "Erika" pourrait-il se reproduire si un naufrage similaire avait lieu aujourd'hui ? Les avis étaient partagés à l'audience de la Cour de cassation.


© Marine nationale
© Marine nationale
L'avocat général, Didier Boccon-Gibod, qui recommande une annulation de toute la procédure faute de loi à ses yeux applicable à ce naufrage survenu en 1999, assure qu'une cassation ne serait "en aucun cas un encouragement aux pollueurs indélicats". Car "la loi a changé, précisément en raison de ses insuffisances", a-t-il déclaré devant la chambre criminelle. "Aujourd'hui, nous disposerions des instruments permettant de rejeter les pourvois dont vous êtes saisis", a-t-il ajouté. La loi de 1983 réprimant la pollution de la mer par les hydrocarbures, qui s'appliquait en 1999, a effectivement été modifiée depuis.
Mais "il peut se trouver un autre avocat général, pas lui mais un de ses collègues, qui un jour dans des cas similaires trouverait que l'état du droit aujourd'hui ne serait pas satisfaisant", a souligné en marge de l'audience Me Jean-Pierre Mignard, avocat de plusieurs collectivités parties civiles, dont la Bretagne. L'avocat général est d'ailleurs "contredit par le conseiller-rapporteur, qui estime que, même avec les dispositions nouvelles, à la fois communautaires, nationales et internationales, il y a quand même des failles", selon Me Mignard. "On est dans une situation où, si l'on veut, on peut toujours trouver des causes exonératoires de responsabilité", a-t-il ajouté.
"Les textes ont changé, le Code de l'environnement de 2008 se rapproche des conventions internationales", a pour sa part estimé Me Daniel Soulez Larivière, avocat de Total qui avait été condamné pour pollution en tant qu'affréteur de l'"Erika". "Il reste que les personnes qui sont visées par ces textes ne sont pas celles qui sont visées par la convention Marpol", a ajouté Me Soulez Larivière, estimant "qu'aujourd'hui, pénalement l'affréteur ne pourrait pas être poursuivi si on applique la convention Marpol". Cette convention permet des poursuites principalement contre le commandant du navire, voire son propriétaire.

AFP

Mardi 29 Mai 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse