L'industrie aéronautique en plein essor au Maroc


Aux portes de l'Europe et avec des coûts de production jugés attractifs, l'industrie aéronautique est en plein essor au Maroc, où les autorités déroulent le tapis rouge aux grands groupes et sous-traitants pour la fabrication et l'assemblage d'équipements d'avions.


© Bombardier
© Bombardier
L'industrie aéronautique est en plein essor au Maroc. En 2012, le royaume a frappé fort avec l'annonce de l'arrivée de Bombardier, le troisième avionneur mondial, qui vient de débuter sa production à Nouaceur, près de Casablanca, un site qui concentre 85 % des activités du secteur. "Le choix de Bombardier montre qu'on peut devenir une plate-forme internationale pour les grands industriels", s'est félicité mardi 19 février un ministre, Abdelkader Amara, en marge d'Assises de l'industrie à Tanger. Cet investissement de 200 millions de dollars, qui va permettre la création de 850 emplois directs, vient témoigner de la vigueur de l'industrie aéronautique marocaine, en hausse de 65,5 % sur la période 2008-2011.
Si les revenus ont atteint près d'un milliard de dollars l'an dernier, le Maroc n'entend pas en rester là, ajoute le président du Groupement des industries aéronautiques et spatiales (Gimas), Hamid Benbrahim al-Andaloussi. Dans un pays où il a beaucoup été question d'automobile avec l'installation de Renault à Tanger, les perspectives sont encore plus prometteuses dans l'aéronautique, "secteur qui ne connaît pas la crise" grâce notamment à la forte demande asiatique, dit M. Benbrahim, un des concepteurs du pôle local. "En une décennie, nous avons été en mesure d'établir une base compétitive, dans le prolongement naturel de l'Europe, et nous sommes prêts à tirer un profit maximum de cette fenêtre d'opportunité stratégique", clame-t-il.
D'ici 2020, le royaume espère doubler son activité et ses revenus, à la faveur, entre autres, du développement d'une zone franche (Mid-Park). Déjà, une centaine d'entreprises et près de 10.000 salariés sont à pied d’œuvre à Nouaceur, dont environ 500 dans l'immense hangar de Safran Aircelle, filiale du groupe français qui vient de fêter son huitième anniversaire au Maroc. Le directeur général, Benoît Martin-Laprade, ne cache pas sa satisfaction. De 10 millions d'euros en 2006, le chiffre d'affaires flirte désormais avec les 100 millions d'euros. Quant à la main-d’œuvre, jeune, "si vous lui donnez la bonne formation, vous pouvez avoir d'excellents résultats", assure-t-il.

"Un milliard de dollars de revenus l'an dernier"


À ce titre, un Institut des métiers de l'aéronautique (IMA) a ouvert en 2011, une structure hautement appréciée par Christophe Delqué, dont l'entreprise Ratier-Figeac vient de s'implanter. Spécialisé dans la fabrication d'équipements de cabines/cockpits et d'hélices, ce groupe du Sud de la France a commencé en 2007 à travailler avec des sous-traitants, "une success story" qui l'a incité à ouvrir sa propre filiale, explique-t-il. L'usine, où la production monte en puissance, doit à terme employer 150 Marocains, formés pour l'essentiel à l'IMA.

"Colocalisation"

Le coût de la main-d’œuvre, dans un pays où le salaire minimum n'excède pas 250 euros par mois, est évidemment au cœur du choix de ces entreprises qui refusent toutefois de parler de délocalisation. "Il faut arrêter de dire que les emplois au Maroc tuent ceux en France. En 2012, nous avons créé 600 emplois dont la moitié dans l'Hexagone", clame-t-on chez Safran Aircelle. "Nous sommes dans le berceau de la colocalisation : plus compétitifs, on décroche de nouveaux clients et on garantit des emplois en France", renchérit Christophe Delqué. Il faut faire au Maroc "ce que l'Allemagne a su faire en termes de "colocalisation" en Europe de l'Est", plaide Hamid Benbrahim, selon qui chaque nouveau venu devient en outre, automatiquement, un ambassadeur du royaume. "J'appelle ça "l'effet Saint-Thomas", dit-il. Parlez de l'aéronautique au Maroc à un Japonais, il va se demander si vous êtes sérieux. Mais s'il vient et voit ce qui est réalisé par d'autres, il va vouloir la même chose !"

Guillaume Klein

Mardi 26 Février 2013





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse