LD Lines : bientôt une offre ropax entre Tunis et Marseille ?


LD Lines pourrait lancer en 2013 un service mixte roulier et passager entre Marseille et Tunis pour prendre des parts de marché aux compagnies italiennes opérant sur le port de Gênes.


© Franck André
© Franck André
Opérateur, avec CMA CGM, de la liaison ro-ro de Marseille à Tunis, LD Lines étudie toujours la possibilité de lancer l'année prochaine un service mixte roulier et passager entre la France et la Tunisie. La réflexion est menée avec le Grand Port maritime de Marseille-Fos (GPMM). "Notre constat est simple, explique Christophe Santoni, directeur général de cette filiale de Louis Dreyfus Armateurs. La part de marché de Marseille dans la desserte de la Tunisie n'est pas à la hauteur du marché naturel. Il y a autant de fret au départ de Gênes que de Marseille mais beaucoup plus de passagers alors que la communauté tunisienne de France est sans commune mesure avec celle d'Italie".

Une grande expérience du short sea

Pour l'armateur français, la différence de prix entre les deux ports explique à elle seule cette situation. Cet écart tient principalement au modèle économique choisi. "Le port de Marseille souffre d'une ségrégation entre passagers et fret, ce qui n'est pas le cas à Gênes, où les compagnies italiennes Grimaldi et GNV utilisent des navires ropax". Christophe Santoni fait remarquer que le coût de la manutention des remorques est aussi plus élevé au GPMM qu'en Italie.
Pour lui, seule la formule mixte fret et passagers permettrait à Marseille de concurrencer sa rivale italienne sur la desserte de la Tunisie. Le directeur général va même plus loin : "En short sea à partir des ports français, il n'est pas envisageable de ne faire que du fret ou que du passager". LD Lines s'appuie sur une grande expérience de la courte distance, entre ses liaisons transmanche, son récent service Nantes-Gijón, et l'autoroute de la mer qu'elle opérait entre Toulon et Civitavecchia il y a encore deux ans. "Les deux activités font bon ménage puisque les périodes de pointe du fret correspondent aux périodes de creux du passage et vice versa, peut ainsi avancer Christophe Santoni. Nous le voyons sur le transmanche où nous ne faisons plus que du mixte".

Pas de concurrence avec Cotunav

LD Lines assure qu'une telle initiative de sa part ne ferait pas d'ombre à la Cotunav. Comme à Gênes, la compagnie nationale tunisienne est déjà présente entre Marseille et Tunis avec deux offres fret et passage distinctes. "Il s'agirait de proposer quelque chose de différent sur Marseille. La Cotunav, qui va bientôt recevoir un navire de mini-croisière, ne se positionne pas sur la même clientèle".
L'armateur français annonce une décision pour l'automne prochain concernant la création d'un Marseille-Tunis en ropax et un lancement au printemps 2013 en cas d'avis favorable. Par la suite, LD Lines n'exclut pas d'appliquer la formule à d'autres ports du Maghreb. Il est par exemple attentif au devenir de la liaison entre Sète et Casablanca suspendue par Comarit-Comanav. Christophe Santoni, qui estime qu'"on peut trouver anormale l'absence de liaison passagers entre la France et le Maroc", constate que "ces liaisons ne faisaient que du passager" et y voit "peut-être une indication".

"Depuis la France, il n'est pas envisageable de ne faire que du fret ou que du passager"


En attendant d'étoffer éventuellement son service, LD Lines se contente sur le Maghreb de sa ligne fret entre la Provence et un marché tunisien qui "continue de croître malgré les soubresauts". Ce service ro-ro Marseille-Tunis a généré "un trafic d'environ 15.000 remorques" en 2011. Christophe Santoni en attend à peu près autant pour cette année : "On nous avait annoncé des départs d'entreprises suite au Printemps arabe mais nous sommes rassurés car nous avons maintenant de bons échos". Cette liaison est opérée conjointement avec CMA CGM (Sud-Cargos au départ) depuis 1999 à travers un "Vessel Share Agreement". Chaque armement y déploie un navire d'une capacité d'emport supérieure à 2.000 mètres linéaires, soit environ 140 remorques, à raison de trois départs par semaine dans chaque sens.

Franck André

Mardi 24 Avril 2012





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 25 Avril 2012 - 12:40 Tanger Med multiplie les sources de croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse