LDA : consolidation de Seafrance "inéluctable"



LDA : consolidation de Seafrance "inéluctable"
Le rapprochement de la compagnie transmanche menacée de liquidation SeaFrance avec un industriel est "inéluctable" pour éviter qu'elle ne disparaisse, et avec elle des centaines d'emplois, selon Philippe Louis-Dreyfus, un candidat à sa reprise. "La meilleure solution est, de très loin, la consolidation", a affirmé le PDG de Louis Dreyfus Armateurs (LDA), dans un entretien au quotidien économique «Les Échos». Le tribunal de commerce de Paris doit rendre le 16 novembre sa décision sur l'avenir de SeaFrance. Deux offres de reprise ont été présentées, l'une associant LDA au groupe danois DFDS, l'autre étant un projet de Scop (Société coopérative et participative) de la CFDT, syndicat majoritaire de l'entreprise. Le 2 novembre 2011, l'exploitant du tunnel sous La Manche Eurotunnel a saisi l'Autorité de la concurrence, estimant que les repreneurs allaient bénéficier d'aides publiques. Cette saisine vise implicitement l'offre de LDA via sa filiale LD Lines. "C'est de la désinformation, au mieux de la médisance, car cela ne correspond en aucun cas à la réalité. L'attaque est surprenante, infondée et inamicale", a considéré Philippe Louis-Dreyfus. "Seule l'alliance avec DFDS permettra à SeaFrance de surmonter la crise. Et nous n'avons pas de problèmes à être minoritaire puisque nous nous entendons parfaitement avec DFDS", a-t-il assuré. La Commission européenne a rejeté mi-octobre le plan de restructuration, qui prévoyait notamment une recapitalisation de SeaFrance, filiale de la SNCF, proposée par le gouvernement français. Cette solution – qui était "indéfendable" à Bruxelles, selon lui – "étant abandonnée, restent deux projets de reprise, dont un seul porté par des opérateurs industriels, le nôtre", a relevé Philippe Louis-Dreyfus, se disant "particulièrement choqué par la campagne de dénigrement et de désinformation" dont le projet LDA-DFDS fait l'objet. Il a également regretté que les représentants du personnel de SeaFrance aient refusé toute rencontre. L'offre conjointe franco-danoise prévoit la sauvegarde de 460 emplois équivalent temps plein, le maintien du siège social en France et la reprise de trois navires pour 5 millions d'euros.

.

Jeudi 10 Novembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse