LGV Bordeaux-Toulouse : confirmation du calendrier


Les élus socialistes de Toulouse et de Midi-Pyrénées ont demandé lundi 19 décembre au Premier ministre de confirmer le calendrier de la LGV Tours-Bordeaux-Toulouse, craignant qu'elle soit menacée par la possible création d'une mission examinant la rentabilité des projets de ligne à grande vitesse.


© RFF/CAPA/LIONEL CHARRIER (TOMA)
© RFF/CAPA/LIONEL CHARRIER (TOMA)
Lors des Assises du Ferroviaire la semaine passée, le coût des investissements de construction de 2.000 km de ligne nouvelle, prévus par le Grenelle de l'environnement, a fait débat en raison des difficultés financières de l’État et des collectivités. Selon un responsable de RFF, la ministre de l’Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a suggéré "de confier à une commission indépendante l'évaluation de la pertinence socio-économique des prochaines lignes". Il n'y aurait toutefois pas de remise en cause des quatre LGV (fin de la LGV-Est, Le Mans-Rennes, Tours-Bordeaux et le contournement de Nîmes-Montpellier) dont le financement est assuré.
À Toulouse, Pierre Cohen, président de la Communauté urbaine, Pierre Izard, président du Conseil Général de Haute-Garonne, et Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, se sont opposés à une telle démarche. "Comment comprendre qu’aujourd’hui le gouvernement doute de la pertinence de ses propres projets ?", écrivent les élus. "Nous demandons au Premier ministre de confirmer rapidement que la ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux-Toulouse constitue un seul et même projet, qu’il est inscrit dans son ensemble au programme des grandes infrastructures et que le calendrier - déclaration d’utilité publique en 2014, premiers travaux en 2017 - sera respecté", ajoutent-ils.

Une rentabilité déjà démontrée

Pour MM. Cohen, Izard et Malvy, "l’intérêt économique et la rentabilité de cette ligne ont été démontrés à de nombreuses reprises" et la liaison Toulouse-Paris en 3 heures "n’est possible qu’avec une voie nouvelle, tout comme Tours-Bordeaux". "Tout autre solution préconisée par certains - comme l’utilisation de la voie actuelle - doit être écartée" car elle ne permettrait pas la circulation, du TGV, du fret et des autres trains de voyageurs, soulignent-ils.

.

Mardi 20 Décembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse