LGV Lyon-Turin : il faut un "nouvel accord"


La France a affirmé vendredi 13 juillet le caractère "majeur" du projet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin qui doit toutefois être soumis à "un nouvel accord qui tiendra compte des financements disponibles, notamment européens".


© RFF/Jean-Luc Viart
© RFF/Jean-Luc Viart
"La LGV Lyon-Turin est un projet majeur avec des dimensions européennes et environnementales évidentes", a indiqué un porte-parole du ministère des Transports. Ce projet est lié "par des accords internationaux ainsi que par un traité. La parole de nos deux pays est engagée et il n'a jamais été question de revenir sur cette parole", a affirmé le ministère. La France et l'Italie ont signé en 2001 un accord décidant la réalisation d'une ligne à grande vitesse entre Lyon et Turin. Cet accord est devenu traité en 2002 après sa ratification par les Parlements des deux pays. Un deuxième accord, signé en janvier dernier, fixe les conditions de conduite du projet de liaison ferroviaire ainsi que les conditions dans lesquelles cet ouvrage, au terme de sa réalisation, sera exploité. "L'accord du 29 janvier 2012 ne constitue toutefois pas l'avenant prévu par le traité de Turin (de janvier 2001) pour l'engagement des travaux définitifs", précise le ministère. "Il faudra un autre autre accord, qui tiendra compte des financements disponibles, notamment au plan européen", ajoute-t-il. Le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, s'est entretenu vendredi avec son homologue italien, Corrado Passera, afin de confirmer la position française sur ce dossier.
La LGV Lyon-Turin, contestée à plusieurs reprises en Italie, permettra de diviser par deux le trajet Lyon-Turin, qui se fera en deux heures, et mettra Paris à un peu plus de quatre heures de Milan contre sept actuellement. Sa mise en service est prévue en 2023. La première phase du projet, au coût total de 24,7 milliards d'euros, prévoit un nouveau tunnel long de 57 kilomètres reliant les gares de Saint-Jean-de-Maurienne en France et Suse en Italie.
Mais le gouvernement français vient d'annoncer l'abandon possible de projets de lignes à grande vitesse, pour cause de rigueur budgétaire, inquiétant un certain nombre d'élus régionaux.

AFP

Lundi 16 Juillet 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse