LGV Paca : le futur tracé cristallise la grogne


La LGV qui traversera la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) à l'horizon 2023, et pour laquelle une concertation publique se terminera mi-décembre avant le choix définitif du tracé, attise depuis des mois la grogne des élus et des agriculteurs varois.


©RFF/CAPA/Lionel CHARNIER (TOMA)
©RFF/CAPA/Lionel CHARNIER (TOMA)
Le futur tracé de la LGV Paca mobilise. À tel point que le préfet de région, Hugues Parant, a envoyé jeudi un courrier à ses homologues des Bouches-du-Rhône, du Var et des Alpes-Maritimes leur proposant d'interrompre le cycle de débats publics "si les conditions d'un échange serein et constructif n'étaient plus réunies".
Le Var a été prompt à trancher : face "aux troubles et aux remous" constatés lors des réunions de RFF, l'un des cofinanceurs du projet avec les collectivités locales, l’État, la principauté de Monaco et l'UE, le préfet a interrompu la concertation dès vendredi matin. Du coup, dans la soirée, les ministres concernés, Nathalie Kosciusko-Morizet (Écologie) et Thierry Mariani (Transports), ont "demandé à RFF d'approfondir les points qui font l'objet d'une forte incompréhension au plan local". Ceci passera par "la poursuite des études complémentaires nécessaires jusqu'à l'été 2012" sur les options toujours en lice, ajoutent-il.
La phase de concertation, entamée mi-septembre, devait permettre au comité de pilotage de choisir entre les quatre scénarios retenus pour le tracé de la future ligne, qui se prolongera à terme jusqu'en Italie. Les scénarios vont du plus "proche des centres-villes" au plus "rapide", du plus "économique" au plus "maillé", pour un coût allant de 15,9 milliards à 17,8 milliards d'euros. Si un consensus semble s'être fait sur le passage en gare Saint-Charles à Marseille, à Nice-aéroport et Nice-ville, ainsi que dans l'est du Var (vers Draguignan-Les Arcs), les tensions se cristallisent autour de la future gare toulonnaise : au centre ou à l'ouest ?

Arc méditerranéen

La LGV, qui a pour objectif majeur de "constituer l'arc méditerranéen Barcelone-Marseille-Gênes" et parer à la saturation prévisible du réseau (40 millions de passagers annuels aujourd'hui, 80 millions en 2020, 110 millions en 2040), mettra Paris à 4 heures de Nice, contre près de 5 h 40 actuellement.

Laure Brumont

Lundi 28 Novembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse