LGV SEA : le Lot-et-Garonne ne participe plus


Le président du Conseil général du Lot-et-Garonne, Pierre Camani, a annoncé lundi 13 février qu'il n'est "pas envisageable" pour sa collectivité de participer au financement de la LGV SEA, invoquant "la nécessité de réduire les dépenses".


© RFF/Giraud Philippe
© RFF/Giraud Philippe
"Devant la nécessité de réduire nos dépenses et conserver nos capacités d'investissement, il n'est pas envisageable que le Conseil général du Lot-et-Garonne participe au financement" des tronçons Bordeaux-Espagne et Bordeaux-Toulouse de la LGV, "estimé entre 90 et 100 millions d'euros", a déclaré Pierre Camani. Il a souligné qu'"il ne s'agissait pas de remettre en cause le bien fondé de cette infrastructure" mais a insisté sur la nécessité de réduction des dépenses de sa collectivité. "Il n'est plus possible de réduire nos investissements dans nos routes et dans nos collèges pour participer au financement d'une infrastructure, certes nécessaire, mais qui ne relève pas de nos compétences", a-t-il fait valoir.
Le département avait participé à hauteur de 34 millions d'euros au financement du tronçon LGV SEA Tours-Bordeaux, dont les travaux ont débuté. Le tracé des 410 km de voies des futures LGV reliant Bordeaux à l'Espagne et Bordeaux à Toulouse a été arrêté le 9 janvier et une enquête d'utilité publique devrait être lancée en 2013 avant que villes et collectivités concernées par le tracé ne s'engagent à son financement.

Réaction en Midi-Pyrénées

Réagissant à la décision de M. Camani, le président de Midi-Pyrénées, Martin Malvy, a envisagé une remise en cause de la participation des collectivités de sa Région au financement de la LGV Tours-Bordeaux. Selon M. Malvy, les propos de M. Camani ont l'apparence d'une "rupture de contrat". Les collectivités de Midi-Pyrénées ont en effet accepté de payer pour Tours-Bordeaux en comptant sur le fait que la ligne serait ultérieurement prolongée vers Toulouse ; en retour, celles d'Aquitaine (dont le Lot-et-Garonne) participeraient à la construction de Bordeaux-Toulouse, a fait valoir M. Malvy. "S’il y a rupture du contrat, pourquoi les collectivités de Midi-Pyrénées continueraient-elles à payer si déjà des collectivités locales d’Aquitaine engagées sur l’itinéraire font savoir qu’elles se retirent ?", a dit M. Malvy.

AFP

Mardi 14 Février 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse