La CGT mobilise sur Rouen : "Stop à la casse de l'emploi"



Également dans le cortège des salariés des ports de Rouen et du Havre © Haropa
Également dans le cortège des salariés des ports de Rouen et du Havre © Haropa
Environ 1.500 manifestants, selon la CGT, un millier selon la police, ont défilé mardi 17 février à Rouen pour la défense des emplois dans l'industrie du papier et contre la loi Macron, déroulant des kilomètres de papier dans les rues. Tôt dans la matinée, au début de la "journée interprofessionnelle de grève, d'action et de manifestation" organisée par la CGT, quelque 300 militants, selon le syndicat, avaient dressé des barrages filtrants entre 7 et 9 heures à un rond-point très emprunté de la zone industrielle au sud de Rouen, provoquant plusieurs kilomètres d'embouteillages et aggravant les habituelles difficultés de circulation à l'heure de pointe. Une manifestation a ensuite réuni dans l'après-midi des salariés de différentes entreprises de Seine-Maritime, à l'appel d'une douzaine d'unions locales CGT. Au sein du défilé, les ouvriers de l'usine papetière La Chapelle Darblay de Grand-Couronne, au sud de la métropole normande, ont déroulé des kilomètres de papier journal en bobines et ont répandu des kilos de vieux papiers broyés, transformés en sortes de "confettis". Rejoints par d'autres ouvriers du secteur papetier en France, les salariés de La Chapelle Darblay protestent contre le plan social décidé pour la fin du mois par leur maison-mère, le groupe finlandais UPM-Kymmene (196 licenciements, soit la moitié des effectifs). Étaient présents également dans le cortège des militants d'entreprises privées comme Renault Cléon, ExxonMobil, Total, de l'ex-raffinerie Petroplus, de quelques administrations et de salariés des ports de Rouen et du Havre, venus avec leurs fumigènes et leurs cornes de brume. Proclamant "Stop à la casse de l'emploi", les manifestants ont scandé aussi des slogans hostiles au projet de loi du ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, notamment l'extension du travail dominical. Pour que ce projet de loi soit assuré d'être voté, malgré des oppositions au sein du groupe socialiste, le Premier ministre, Manuel Valls, a choisi mardi 17 février de passer en force en ayant recours à l'article 49-3 de la Constitution.

AFP

Mercredi 18 Février 2015



Lu 134 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2016 - 15:56 Grèce : les marins en grève contre l'austérité €

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:20 40.000 Nigérians demandent des comptes à Shell €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse