La CGT remonte au créneau dans les ports



© F. A.
© F. A.
Les ports français ont été frappés la semaine dernière par un mot d'ordre de grève de vingt-quatre heures à l'appel de la FNPD-CGT. Les revendications de l'organisation syndicale ont revêtu un caractère plus économique et politique que social puisque la fédération a saisi les pouvoirs publics sur la nécessité de créer de véritables corridors de fret ferroviaire européens.
À l'exception de Dunkerque qui ne suit pas les appels de la fédération depuis la première réforme, tous les autres ports ont été affectés par cet arrêt de travail qui constituait le premier depuis la fin de l'hiver 2011. Au Havre, à Marseille-Fos, à Nantes-Saint-Nazaire, à Rouen, à Bordeaux et à La Rochelle, les terminaux de marchandises diverses sont restés bloqués toute la journée et l'activité pétrolière de certains ports a été perturbée.
Christian de Tinguy, le président de l'Unim, regrette ce mouvement car "il va à l'encontre des intérêts de la profession". Il déplore d'autant plus cet arrêt de travail qu'il est convaincu que les ports français ont eu du mal à restaurer leur image de marque auprès de leurs clients en termes de fiabilité.
Le président des entreprises françaises de manutention conçoit toutefois les inquiétudes de la main-d'œuvre sur le sujet des corridors ferroviaires. "Marseille-Fos et Le Havre ne sont que des points de passage s'ils ne sont pas reliés aux réseaux européens de transport ferroviaire". Rappelant que la part du fret ferroviaire est passée de 20 % à 4 % en quinze ans, Christian de Tinguy reste convaincu que les pouvoirs publics doivent rassurer les professionnels portuaires.
Autre mouvement qui a marqué la semaine écoulée, celui qui a affecté dimanche matin le terminal de croisières de Marseille. Les dockers CGT ont bloqué l'accès des ports 4 et 2 C des bassins Est du Grand Port maritime (GPMM) avec pour revendication le dossier des bagages des croisiéristes. Du coup, deux escales de paquebots ont été perturbées et un navire a été dérouté vers Toulon. Ludovic Lomini, secrétaire CGT des dockers de Marseille, indique que les négociations étant bloquées, d'autres actions sont prévues.

Vincent Calabrèse

Lundi 8 Juillet 2013



Lu 224 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse