La CNR, un modèle qui fête ses 80 ans


La Compagnie nationale du Rhône (CNR), seule société à majorité publique gérant la totalité d'un fleuve, a fêté ses 80 ans d'existence sous la bénédiction de l'État qui l'érige en modèle face à la mise en concurrence des barrages réclamée par Bruxelles.


La CNR gère 19 barrages hydroélectriques sur le Rhône, dont celui de Bourg-lès-Valence © CNR
La CNR gère 19 barrages hydroélectriques sur le Rhône, dont celui de Bourg-lès-Valence © CNR
Hasard de calendrier ? La La Compagnie nationale du Rhône (CNR) fêtait son anniversaire le 15 octobre en grande pompe près du barrage de Pierre-Bénite (Rhône), en présence de la ministre de l'Écologie Ségolène Royal, au lendemain du vote à l'Assemblée du projet de loi sur la transition énergétique comprenant un chapitre relatif aux concessions hydroélectriques. "La CNR est une société atypique en France puisqu'elle est la seule à avoir la gestion complète d'un fleuve", cette concession ayant été prolongée le 10 octobre à l'Assemblée au-delà de 2023, à la grande satisfaction de l'entreprise et des élus locaux, "et la seule aujourd'hui à être un peu plus moitié publique que moitié privée", se plaît à souligner Élisabeth Ayrault, sa présidente.
En France, les barrages sont majoritairement exploités par EDF (à 80 %). La CNR entend préserver son statut puisqu'elle est une société anonyme d'intérêt général avec pour actionnaire privé GDF-Suez à 49,97 %. Elle compte 183 actionnaires publics (à 50,03 %) dont des collectivités et la Caisse des Dépôts. Créée en 1933 par Édouard Herriot, maire de Lyon et ancien chef du gouvernement et Léon Perrier, député puis sénateur de l'Isère, l'entreprise a eu dès son origine des actionnaires privés et publics : "Tout ceci est une longue histoire, les 80 ans vont amener la CNR à finalement être aujourd'hui ce que les fondateurs ont voulu au départ", ajoute Élisabeth Ayrault.
Au fil de l'eau, à partir de 1934 jusqu'en 1986, la CNR a développé 19 barrages hydroélectriques sur le Rhône, puis créé 27 sites industriels et portuaires et 14 écluses à grand gabarit, notamment.

Dans le "cocpit", de la météo au trading

Si EDF a obtenu la mainmise sur les centrales hydroélectriques de 1948 à 2001, la CNR continuant à construire les ouvrages sur le Rhône, l'événement "le plus important" fut "la libéralisation de l'énergie en 2001, qui a permis la société de "redevenir producteur d'énergie et commercialisateur", souligne sa présidente. L'ouverture du capital en 2003 avec l'arrivée de GDF-Suez s'est accompagnée d'une loi empêchant l'actionnaire privé de monter au capital au-delà de 50 %.

"Les élus et les territoires ont un seul interlocuteur"


"Aujourd'hui, Bruxelles souhaite que l'hydroélectricité française soit ouverte à la concurrence, l'idée du gouvernement est de rassembler ces ouvrages, explique la dirigeante. Nos 19 ouvrages sur le Rhône sont pilotés dans un lieu unique, il est très important que les élus et les territoires puissent avoir un seul interlocuteur". Ce "lieu unique" baptisé "Cocpit", créé en 2001 au siège de la CNR à Lyon, assure la gestion de tout le fleuve, de la Suisse à la Méditerranée. De nombreux corps de métiers y cohabitent : surveillants des barrages et des centrales, prévisionnistes météo, jusqu'aux traders rivés devant des écrans pour vendre l'électricité sur le marché de gros, "afin de maximiser le chiffre d'affaires", explique Frédéric Storck, directeur de l'énergie à la CNR.
"Ces activités regroupées sur un même plateau, c'est très rare, cela nous a permis d'accroître la valorisation de cette énergie hydroélectrique", ajoute-t-il. Le Rhône produit une moyenne annuelle de 14,3 térawattheures , soit 3 % de la production nationale. Avec ses missions d'intérêt général, la CNR "permet aussi aux riverains du Rhône de se réapproprier le fleuve", fait valoir Cécile Magherini, directrice régionale sur le secteur de Vienne, citant une vélo-route aménagée le long du fleuve, la "Viarhôna", la réhabilitation de berges et une remise en état des "lônes", d'anciens lits du fleuve protégés.

AFP

Mercredi 15 Octobre 2014



Lu 284 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse