La Coface identifie dix pays émergents potentiels



© Puerto Callao
© Puerto Callao
Le groupe d'assurance-crédit Coface a publié mardi 25 mars une liste de dix pays susceptibles selon lui de prendre le relai des grandes économies émergentes, en évaluant à la fois le potentiel de croissance mais aussi les risques de ces néo-émergents. La Coface a distingué deux groupes : d'un côté les "PPICS" (Colombie, Indonésie, Pérou, Philippines et Sri Lanka), qui présentent "un fort potentiel confirmé par un environnement des affaires convenable", a-t-elle expliqué. De l'autre le Kenya, la Tanzanie, la Zambie, le Bangladesh et l'Éthiopie, également à fort potentiel mais où il s'avère jusqu'ici beaucoup plus risqué de faire des affaires. Les grands émergents du groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) "sont entre deux eaux, leurs exportations deviennent moins compétitives, et d'un autre côté n'arrivent pas encore à être compétitifs sur des produits à très haute valeur ajoutée", a analysé Julien Marcilly, responsable risque pays de la Coface.
D'où la volonté de rechercher les candidats à la relève, en retenant plusieurs facteurs : le potentiel de croissance, qui doit être supérieur à 4 %, un profil économique diversifié, ne reposant pas sur une trop grande dépendance à des ventes de matières premières ; et enfin une certaine résistance aux chocs. Le tout accompagné d'un système financier à la fois apte à soutenir les investissements, mais sans risque de surchauffe. Au moment où le ralentissement de la croissance en Chine ou les problèmes économiques du Brésil conduisent les investisseurs à chercher de nouvelles cibles, "ce qui nous différencie c'est que nous essayons de mêler la dimension du potentiel économique et la dimension du risque", explique Yves Zlotowski, économiste en chef de la Coface. Ce choix justifie par exemple d'évincer le Vietnam, à fort potentiel mais qui selon la Coface est confronté à un système financier "hors contrôle". Avec ses "PPICS", Coface rejoint la course aux acronymes lancée par les économistes pour identifier les futurs émergents, parmi lesquels figurent déjà les "MINT" (Mexique, Indonésie, Nigeria, Turquie) ou les "CIVETS" (Colombie, Indonésie, Vietnam, Égypte, Turquie et Afrique du Sud). La Coface a toutefois souligné les limites de l'exercice, en rappelant que les "néo-émergents" qu'il a sélectionnés ne sont rien comparables en termes de taille et de population aux mastodontes que sont les BRICS.

AFP

Jeudi 27 Mars 2014



Lu 120 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse