La Côte d'Ivoire doit éviter "le démon de la surproduction" de cacao


La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao dont la campagne 2014 s'est soldée par des récoltes historiques, doit éviter "le démon de la surproduction", qui se répercuterait de façon négative sur les cours mondiaux.


La Côte d'Ivoire doit éviter "le démon de la surproduction" de cacao
La Côte d'Ivoire doit éviter "le démon de la surproduction" de cacao après une récolte historique, a averti jeudi 5 mars l'Organisation internationale du cacao (ICCO). Pour le marché mondial, "il est difficile voire impossible qu'une production nationale passe de 1,3 million (en 2013) à 1,74 million de tonnes de cacao. 400.000 tonnes de plus, c'est énorme !", a mis en garde Jean-Marc Anga, directeur exécutif de l'ICCO. À ce rythme, la production ivoirienne pourrait atteindre "2 millions de tonnes voire plus, dans cinq ans".

Un effet négatif sur les cours mondiaux

La Côte d'Ivoire en conséquence "doit veiller à ne pas être prise par le démon de la surproduction", a-t-il prévenu. La surproduction ivoirienne et celle des autres pays producteurs (Ghana, Nigeria, Cameroun et Indonésie) "auront un effet négatif sur les cours mondiaux du cacao", selon l'ICCO. Jean-Marc Anga a appelé les pays producteurs à augmenter leurs récoltes de "façon raisonnable" pour répondre aux demandes des pays émergents comme la Chine, la Russie, le Brésil et l'Inde.
La Côte d'Ivoire est le premier producteur de cacao avec plus de 35 % des récoltes mondiales. Le secteur agricole - surtout le cacao - y représente 22 % du PIB, plus de 50 % des recettes d'exportation et surtout les deux tiers des emplois et des revenus de la population, selon la Banque mondiale. D'après les prévisions de l'ICCO, la campagne 2015 en cours va baisser de 1,74 million à 1,72 million de tonnes pour la Côte d'Ivoire et de 920.000 à 850.000 tonnes pour le Ghana, deuxième producteur mondial. Au total, les récoltes mondiales vont chuter en 2015 en raison des parasites et des facteurs climatiques liés à l'harmattan (vent très sec venant du Sahara), pronostique le directeur de l'ICCO, dont le siège est à Londres.

AFP

Vendredi 6 Mars 2015



Lu 131 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse