La Côte d'Ivoire doit investir 763 M EUR dans ses routes


La Côte d'Ivoire doit investir environ 763 millions d'euros, soit 500 milliards de francs CFA, par an pendant une décennie dans l'aménagement et la réhabilitation de son réseau routier afin d'accélérer son développement, a estimé son Premier ministre.


Bitumage de l'axe Bouna-Doropo à la frontière du Burkina Faso
Bitumage de l'axe Bouna-Doropo à la frontière du Burkina Faso
Pour atteindre "l’émergence en 2020", un leitmotiv du gouvernement, la Côte d'Ivoire doit consacrer au moins 4 % de son PIB à ses infrastructures routières, a affirmé samedi 25 octobre le chef du gouvernement. Daniel Kablan Duncan assistait au lancement des travaux de l'axe entre Bouna (nord-est ivoirien) et Doropo (frontière du Burkina Faso), long de 91 km, qui sera bitumé pour un coût de 33,5 milliards de francs CFA (environ 51 millions d'euros). Cette route permettra de se rendre au Burkina Faso en "seulement sept heures" depuis Abidjan, la capitale économique ivoirienne, selon le Premier ministre. De nombreuses marchandises destinées au Burkina Faso transitent par le port d'Abidjan, l'un des plus importants d'Afrique.
La Côte d'Ivoire est engagée depuis plusieurs années dans un onéreux programme de réhabilitation de routes ou de construction d'infrastructures, dont le troisième pont enjambant la lagune abidjanaise, à l'ouverture prévue en décembre, constitue le symbole. Quelque 4,5 millions de tonnes de produits empruntent chaque année les pistes et routes ivoiriennes, entre le Sud (littoral) et le Nord, frontalier avec le Mali ou le Burkina, a rappelé Daniel Kablan Duncan.

"On ne mange pas (les) route(s)"

La Côte d'Ivoire, considérée comme une locomotive de l'économie ouest-africaine, connaît depuis trois ans une croissance remarquable, après plus d'une décennie de crise politico-militaire qui a coupé le pays en deux, seul le Sud étant sous contrôle du gouvernement. À 9,8 % en 2012 après "d'importantes réformes", le taux de croissance a atteint 8,7 % en 2013, et de "8 à 10 %" sont prévus pour 2014. La politique d'infrastructures est particulièrement stigmatisée par une partie de la population, pour qui cette croissance est insuffisamment partagée ; en témoigne le slogan "On ne mange pas (les) route(s)", en vogue dans le pays.

AFP

Mardi 28 Octobre 2014



Lu 108 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Novembre 2016 - 13:54 Nigeria : négociations entre gouvernement et rebelles €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse