La Côte d'Ivoire ne se contente plus de cultiver l'"or brun"


Premier producteur mondial de cacao, la Côte d'Ivoire entend s'imposer dans d'autres secteurs plus lucratifs de cette industrie : elle est en passe de devenir le numéro un de la transformation de fèves et s'est lancée dans la production industrielle de chocolat.


La Côte d'Ivoire a fait du cacao son poumon économique
La Côte d'Ivoire a fait du cacao son poumon économique
Avec plus de 35 % des récoltes mondiales, et une production record de plus de 1,7 million de tonnes en 2014, la Côte d'Ivoire, dont les campagnes équatoriales regorgent de plantations, a fait du cacao son poumon économique depuis son indépendance en 1960. L'"or brun" représente 22 % du PIB, plus de 50 % des recettes d'exportation et surtout les deux tiers des emplois et des revenus de la population, selon la Banque mondiale. Mais les profits générés par les seules récoltes - 2,13 milliards d'euros pour les producteurs ivoiriens lors de la saison 2013-2014 selon le Conseil café-cacao de Côte d'Ivoire - pèsent peu finalement dans l'industrie cacaoyère.

Plus-value

Sur la saison 2013-2014, la production mondiale de cacao a permis d'engranger quelque 13 milliards de dollars (un peu plus de 9 milliards d'euros au cours d'alors). À titre de comparaison, la production de chocolat en a généré près de dix fois plus, selon l'Organisation internationale pour le Cacao (ICCO). La Côte d'Ivoire compte bien accroître sa part de cet alléchant gâteau. Désormais, les effluves de cacao envahissent les quartiers d'Abidjan où les fèves sont transformées, notamment en pâte destinée à la fabrication du chocolat. "Nous avons tout intérêt à exporter des produits finis et semi-finis", explique le ministre ivoirien du Commerce, Jean-Louis Billon.
Avec une stabilité retrouvée après dix ans de crises parfois sanglantes et une croissance de 9 % par an entre 2012 et 2014, soutenue par des réformes économiques, la Côte d'Ivoire se profile comme un partenaire de choix. Elle est en train de devenir le premier broyeur mondial de fèves de cacao, selon des estimations de l'Organisation internationale du café et du cacao (ICCO). Sur la saison, quelque 540.000 tonnes de fèves subiront cette première transformation en Côte d'Ivoire, soit un tiers de la production annuelle de cacao ivoirien. Les autorités ivoiriennes ont pour objectif de broyer sur place 50 % des fèves récoltées en 2020.

"Premier broyeur mondial de fèves de cacao"


"Nous croyons à la nécessité de permettre aux pays producteurs d'avoir une plus-value. Nous les encourageons à broyer leurs produits", souligne Jean-Marc Anga, directeur exécutif de l'ICCO. Tout un symbole, c'est un pays occidental, les Pays-Bas, que la Côte d'Ivoire détrône en tête de ce classement. Abidjan souhaite en outre attirer le siège de l'ICCO, actuellement basé à Londres, sur ses terres pour augmenter son influence dans le secteur. "Transformer localement, c'est créer plus de valeur localement, c'est donner des emplois aux Ivoiriens, c'est apporter plus de ressources à l'État, c'est contribuer au développement de notre industrie", énumère Bruno Koné, porte-parole du gouvernement. Début mars, le président Alassane Ouattara a inauguré à San Pedro l'usine flambant neuve de transformation du cacao d'Olam, une société singapourienne. Cette dernière a investi quelque 75 millions de dollars dans la construction du site, d'une capacité de 75.000 tonnes par an.

Aberration

Mais la Côte d'Ivoire va au-delà de la transformation primaire : la chocolaterie française Cémoi investit 6 millions d'euros dans la construction d'une usine qui produira chocolat en poudre, en tablettes et en pâte à tartiner pour l'Afrique de l'Ouest. Si le chocolat produit localement existe déjà, Cémoi sera le premier groupe occidental à le fabriquer à échelle industrielle. Une stratégie relevant de "l'évidence" pour Patrick Poirrier, son directeur exécutif. "Il y a dans cette région une classe moyenne qui s'est fortement développée et qui a le pouvoir d'achat pour acheter du vrai chocolat", assure-t-il. "La consommation de chocolat est d'ores et déjà en train d'entrer dans les mentalités, comme la pâte à tartiner pour les enfants le matin", confirme un chercheur ivoirien en marge d'un conseil de l'ICCO qui se tenait de mardi 24 à vendredi 27 mars à Abidjan. Et de déclarer, souriant : "Ce n'est pas normal que le cacao doive quitter la Côte d'Ivoire pour ensuite y revenir. C'est une aberration qui va, je l'espère, être corrigée".

Nicolas Delaunay

Vendredi 27 Mars 2015



Lu 148 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse